« Rire et châtiment »

23 mai 2011

L’art et la manière de raconter une blague, l’importance de la chute… L’histoire de l’ours bleu racontée par José Garcia dans Rire et châtiment : Image de prévisualisation YouTube

Le rire vu par les Inconnus

21 mai 2011

Toutes (enfin presque toutes) les problématiques du thème « Le rire : pour quoi faire ? » ont déjà été traitées, en six minutes, par les Inconnus, dans un sketch parodiant les émissions de débats d’Arte :Image de prévisualisation YouTube

« L’humour en capitales »

20 mai 2011

L’affiche d’un festival d’humour qui se tiendra le mois prochain à Paris :

humour.jpg

Aristophane, « Lysistrata », Paris, Mille et une nuits, [-411] 2009, 144 p.

18 mai 2011

L’auteur

Aristophane est un auteur athénien du Ve siècle av. J.-C. Il est surtout connu pour ses comédies.

 

L’oeuvre

Une des versions les plus facilement accessibles du texte est la traduction modernisée de Michel Host publiée par les éditions Mille et une nuits avec pour sous-titre « Faisons la grève du sexe ! ». Ce sous-titre indique bien le thème de la pièce : les femmes grecques décident de priver leurs hommes de sexe aussi longtemps qu’ils n’auront pas renoncé à la guerre. Cet argument est prétexte à de nombreuses scènes comiques dans lesquelles les Grecques choquent et font rire par le recours à un vocabulaire sexuel très familier.

 

Le rapport avec le programme de BTS

Aristophane est probablement l’un des ancêtres les plus importants des comédies modernes, de Molière jusqu’au XXe siècle. Même si le texte est court (une centaine de pages), il est cependant très difficile de se plonger dans une pièce vieille de près de 2500 ans, tant la société grecque apparaît éloignée de la nôtre. Sans les notes et la post-face de Michel Host, on ne comprendrait pas de nombreux jeux de mots qui pâtissent de toute façon inévitablement de la traduction. Il paraît délicat d’exploiter un tel texte pour l’écriture personnelle de l’examen de BTS.  

Utilité : 3/20

Lisibilité : 3/20

Nicolas Padiou

lysistrata.gif

Eric Smadja, « Le Rire », Paris, Puf, 2007, 128 p.

17 mai 2011

L’auteur
Eric Samdja est « psychiatre-psychanalyste ».

L’oeuvre
Le Rire est un titre de la série « Que sais-je », une collection universitaire de vulgarisation des connaissances scientifiques. En 128 pages, l’auteur propose donc une étude succincte mais exhaustive du rire. Les quatre chapitres abordent successivement les « Aspects littéraires et spéculations philosophiques » sur le rire, les « Aspects éthologiques » (c’est-à-dire comportementaux), les « Causalités du rire » et enfin les « Aspects socioculturels ».

Le rapport avec le programme de BTS
Le Rire peut constituer un bon moyen de se familiariser avec différentes problématiques du thème « le rire : pour quoi faire ? ». Malgré le jargon psychanalytique de l’auteur, le texte reste compréhensible. Les chapitres II et III sont à la fois plus difficiles à aborder et d’un intérêt moindre pour l’épreuve de BTS. Le chapitre IV et, surtout, le chapitre I peuvent, en revanche, s’avérer utiles pour l’examen.

Utilité : 10/20

Lisibilité : 8/20  

Nicolas Padiou

smadja1.jpg

François Bégaudeau, « Jouer juste », Paris, Gallimard, [2003] 2008, 101 p.

17 mai 2011

L’auteur
François Bégaudeau est né en 1971. Il est devenu célèbre après la publication d’un livre intitulé Entre les murs qui relate son expérience de professeur de français dans des établissements sensibles (livre dont l’adaptation cinématographique a remporté la palme d’or au festival de Cannes en 2008).

L’oeuvre
Dans son premier livre, Jouer juste, F. Bégaudeau entremêle deux histoires : le narrateur est l’entraîneur d’une équipe de football qui joue la finale d’une coupe d’Europe, mais il entretient aussi une liaison compliquée avec une certaine Julie. Le livre se compose des réflexions du narrateur qui compare, de manière plus ou moins explicite, la tactique du football et la stratégie amoureuse. Dans le domaine sportif, le narrateur est un amoureux du beau jeu fondé sur de nombreuses passes ; dans le domaine sentimental, il élabore des plans très compliqués pour garder l’amour de Julie sans sombrer dans la routine. Il s’agit pour lui de « jouer juste », dans tous les sens du terme.

Le rapport avec le programme de BTS
L’auteur semble suggérer que, dans le sport comme dans l’amour, c’est le style qui compte, plus que le résultat. Cela pourrait cadrer avec le thème du sport comme « miroir de notre société ». On peut se lancer sans trop risque dans la lecture de cette oeuvre qui est assez courte (à peine cent pages). Le style peut, cependant, déconcerter : le narrateur est le seul à s’exprimer, la ponctuation est volontairement minimaliste (les phrases mêlant descriptions, réflexions et dialogues sont très longues avec peu de virgules et quasiment pas de points), l’ensemble se rapproche, surtout vers la fin, d’un poème en prose. A lire, donc, pour les apprentis amateurs de football et plutôt portés sur la littérature.

Un extrait
La description du jeu à l’anglaise selon le narrateur : « [...] ainsi procèdent les Anglais, ils font des passes pour personne, ce sont des insulaires, beaucoup d’autres font comme eux, la parcimonie les endort, le petit périmètre les ennuie, il disent de notre jeu qu’il est étriqué et laborieux, ce qui est vrai, notre jeu est d’abord étriqué et laborieux parce que le geste parfait n’advient que conditionné par une somme de protocoles moléculaires, parce que le travail est long et rare la grâce, eux voudraient qu’elle leur tombe dessus tout de suite, ils ferment les yeux et le nez orienté vers le ciel balancent de longues passes, mille étapes brûlées, dont l’improbable réception, si par extraordinaire correcte, n’a quoi qu’il arrive pas créé de décalage et trouve un joueur en mauvaise posture et condamné à sont tour au miracle immédiat [...]« .

Utilité : 5/20

Lisibilité :  5/20

N. Padiou

bgaudeau2.jpg

Surprise… bonne ou mauvaise ?

9 mai 2011

On attendait plus « Rire : pour quoi faire ? » que, à nouveau, « Génération(s) ». J’espère que vous vous en êtes cependant tirés sans trop de problèmes. Je tâche d’élaborer un corrigé type et de le mettre sur le site en début de semaine prochaine. Bon courage pour les épreuves à venir.

N. Padiou

Foot « black, blanc, beur »

9 mai 2011

Les champions du monde de foot français de 1998, à l’époque où ils ne se disputaient pas au sujet des quotas de jeunes binationaux dans les centres de formation et, plus largement, au sujet du racisme dans leur sport :

lesyeuxdanslesbleus.jpg

Epreuve de CGE lundi

8 mai 2011

Bon courage pour lundi, pour la CGE et pour la Topo avant ainsi que pour tout le reste de la semaine.

En cas de conseil de dernière minute à me demander, m’envoyer un mail à l’adresse suivante : nicolas.padiou@freenet.de

Foot et littérature

8 mai 2011

Commandés par le CFM BTP et très bientôt disponibles au CDR (contre caution), deux romans faisant une grande place au football :  

Bégaudeau François, Jouer juste, Paris, Gallimard (Folio), 2008, 102 p.bgaudeau1.jpg

King John, Football factory, Paris, Le Seuil (Points), 2006, 398 p.

factory2.gif

1...9596979899...103