« Les Pierres sacrées des Maori »

30 août 2017

Maori

On peut voir au musée du Quai Branly jusqu’à la fin du mois de septembre, une exposition intitulée Les Pierres sacrées des maori. Cette exposition est très pédagogique : elle explique d’où viennent les « pounamou » (qu’on peut toucher sous leur forme brute), comment elles étaient et sont encore extraites et transportées à travers toute la Nouvelle-Zélande, transformées en pendentifs investis d’une très grande sacralité : malgré la banalisation de ce matériau auprès des touristes, les actuels descendants des Maori se transmettent toujours les objets en pounamou comme de précieuses reliques.

http://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/expositions/details-de-levenement/e/la-pierre-sacree-des-maori-37511/

La « vie folle » d’Ed van der Elsken

30 août 2017
Rockers

Ed van der Elsken, « Rockers, Tokyo », 1984.

Le photographe et cinéaste néerlandais Ed van der Elsken (1925-1990) est exposé jusqu’au 24 septembre au Jeu de Paume à Paris : il a mené une vie de bohème à Saint-Germain-des-Prés, fait le tour du monde avec sa femme, rencontré les chasseurs d’éléphants du Centrafrique, fondé une famille en France avant de retourner en Hollande tout en se passionnant pour le Japon. Dans tous ces voyages et toutes ces expériences, van der Elsken a pris des photos et tourné des films, s’intéressant à tous les marginaux aussi bien qu’aux détails les plus infimes (les petits insectes de son jardin familial).

http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=2691

EdVanderElsken

Ed van der Elsken, « Jumelles, Belgique », 1968.

« Les esprits, l’or et le chamane » à Nantes

30 août 2017
Chamane

Pendentif d’homme-léopard, musée de l’or de Bogotà

On peut voir jusqu’où 12 novembre 2017, au château des Ducs de Bretagne, à Nantes, une exposition intitulée Les esprits, l’or et le chamane. Cette exposition présente deux cents objets, essentiellement en or, provenant essentiellement des collections du musée de l’or de Bogotá, en Colombie, et couvrant une large partie de l’histoire de ce pays. Cette manifestation peut s’avérer intéressante pour les deux thèmes au programme du BTS : d’une part, beaucoup de ces objets ont été utilisés sur le corps des tribus colombiennes, comme boucles d’oreilles, ornements de nez, pectoraux, coiffes, etc. ; d’autre part, les populations indigènes croyaient en l’existence d’un monde parallèle dominé par les fantômes et les animaux (notamment le jaguar ou la chauve-souris), monde accessible grâce au recours à des drogues, absorbées lors de cérémonies accompagnées de musique et de tout un rituel destiné à sortir de l’ordinaire pour atteindre l’extraordinaire domaine des esprits.

http://www.chateaunantes.fr/fr/evenement/les-esprits-lor-et-le-chaman

« La banalité du mal » selon Hannah Arendt

29 août 2017
Eichmann

Eichmann en officier SS en 1942.

Adolf Eichmann (1906-1962) a été un des artisans du génocide des Juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il a scientifiquement planifié la déportation des Juifs de toute l’Europe vers les camps d’extermination de Pologne, et cela presque jusqu’au dernier jour de la guerre, avant de fuir, comme beaucoup d’anciens nazis, en Amérique du Sud. Capturé par les services secrets israéliens en Argentine, il a été jugé à Jérusalem, protégé par une vitre blindée pendant toute la durée du procès. Il a finalement été exécuté, après que la peine de mort, abolie en Israël, ait été provisoirement rétablie.

Eichmann a refusé d’assumer ses responsabilités, se perdant systématiquement, pendant le procès, dans les détails du fonctionnement bureaucratique du nazisme, répondant à côté des questions et s’abritant derrière le serment d’allégeance qu’il avait personnellement prêté à Hitler et qui l’obligeait, d’après lui, à obéir aveuglément aux ordres qu’on lui donnait. Ce procès a fait l’objet, de la part de la philosophe juive américaine d’origine allemande Hannah Arendt (1906-1975), d’une série d’articles ultérieurement publiés sous le titre Eichmann à Jérusalem (1963). Dans ce livre, très célèbre mais de nos jours très contesté, Arendt explique qu’Eichmann n’était pas un monstre extraordinaire mais un très ordinaire bureaucrate, bêtement discipliné, suggérant ainsi que chacun d’entre nous, placé dans certaines circonstances, aurait pu collaborer au totalitarisme. Cette « banalité du mal » est devenue un des concepts les plus connus en sciences humaines même s’il est loin d’être universellement admis.

Arendt

Hannah Arendt

Ci-dessous, un extrait des bandes vidéos du procès où Eichmann se complait dans le rôle de simple exécutant des basses œuvres du régime nazi, exaspérant à force de mauvaise foi :

Image de prévisualisation YouTube

Et celle d’un biopic sur Hannah Arendt :

Image de prévisualisation YouTube

« La Mouche »

29 août 2017

Le film de David Cronenberg La Mouche est sorti en 1986. Jeff Goldblum y incarne un savant travaillant sur la téléportation qui n’hésite pas à expérimenter sur lui-même son invention. Ayant réussi à se téléporter, le scientifique déborde d’enthousiasme et d’énergie : il semblerait en effet que la téléportation ait agit sur lui comme un véritable stimulant de toutes ses facultés physiques autant qu’intellectuelles. Rapidement, cependant, certains effets secondaires un peu gênants se manifestent…

Image de prévisualisation YouTube

« L’homme machine » de Descartes

29 août 2017
Descartes

Frans Hals, « Portrait de Descartes »

Pour le philosophe français René Descartes (1596-1650), les animaux sont de simples objets, et les hommes des machines pensantes, ce qui aurait pu le conduire à considérer que tout ce qui semble naturel est en fait artificiel. Il en tire plutôt, dans l’extrait ci-dessous, la conclusion inverse : ce qui dans l’humain s’apparente à la machine, la tuyauterie corporelle, lui apparaît naturel, comme le sont en fait toutes les machines d’après lui.

Strasbourg

Automates de l’horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg, seizième siècle.

« Je ne connais aucune différence entre les machines que font les artisans et les divers corps que la nature seule compose, sinon que les effets des machines ne dépendent que de l’agencement de certains tuyaux, ou ressorts, ou autres instruments, qui, devant avoir quelque proportion avec les mains de ceux qui les font, sont toujours si grands que leurs figures et mouvements se peuvent voir, au lieu que les tuyaux ou ressorts qui causent les effets des corps naturels sont ordinairement trop petits pour être aperçus de nos sens. Et il est certain que toutes les règles des mécaniques appartiennent à la physique, en sorte que toutes les choses qui sont artificielles, sont avec cela naturelles. Car, par exemple, lorsque une montre marque les heures par le moyen des roues dont elle est faite, cela ne lui est pas moins naturel qu’il est à un arbre de produire des fruits ».
R. Descartes, Traité de l’homme, 1648.

« Tatoueurs, tatoués »

29 août 2017

Tatoueurs

Le musée du quai Branly a proposé en 2014-2015 une exposition intitulée Tatoueurs, tatoués dont la page web encore consultable peut s’avérer intéressante pour le thème « Corps naturel, corps artificiel » :

http://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/expositions/details-de-levenement/e/tatoueurs-tatoues-35253/

« Sexus » d’Henry Miller

29 août 2017

Contemporain de L.-F. Céline et influencé par le succès de son premier roman, l’écrivain américain Henry Miller (1891-1980) a longtemps vécu à Paris avant la Deuxième Guerre mondiale. Dans son roman autobiographique en deux tomes Sexus (1949), il revient sur ses années de bohème parisienne, évoquant les abus divers, la frénésie sexuelle, les tentatives littéraires, et la vie globalement très chaotique qu’il a menée à cette époque. Le plus intéressant dans ce livre, en vue du BTS, c’est que le narrateur, qui n’a pourtant encore rien publié de convaincant, est fermement convaincu d’être un écrivain tout à fait exceptionnel. Alors que ses proches doutent de plus en plus de lui, il est certain de réussir à accomplir son destin. Et il a une telle force de conviction qu’il réussit effectivement bien souvent à embarquer tout son entourage dans d’extraordinaires aventures, aventures dont il parvient à sortir indemne mais dont ses amis pâtissent beaucoup…

Sexus

« Voyage au bout de la nuit »

29 août 2017

« Il s’était donc passé dans ces gens-là quelque chose d’extraordinaire ? Que je ne ressentais, moi, pas du tout. J’avais pas dû m’en apercevoir… » (Voyage au bout de la nuit, p. 7).

Céline

Louis-Ferdinand Céline (1894-1961) est un essayiste indéfendable, auteur de pamphlets antisémites d’une grande violence, publiés pendant les années 1930-1940. Mais c’est aussi un romancier exceptionnel, à qui on doit des œuvres autobiographiques considérées comme des classiques du vingtième siècle. Dans son premier roman, Voyage au bout de la nuit (1932), on suit les extraordinaires aventures de Bardamu, jeune Parisien désabusé qui voyage en Afrique et en Amérique après s’être engagé comme soldat pendant la Première Guerre mondiale. Au début du livre, Bardamu boit une bière à une terrasse de café avec son ami Arthur, parlant de tout et de rien, quand la possibilité de l’extraordinaire surgit sous la forme d’un bataillon de soldats : alors qu’il venait de se déclarer anarchiste, Bardamu se joint au groupe de militaires, dans un accès de patriotisme incontrôlable ; il va rapidement déchanter, mais il a ainsi entamé une série d’aventures qui le conduiront à faire le tour du monde dans les circonstances les plus extraordinaires…

Le texte de l’ « incipit » est à lire ci-dessous, jusqu’à la page 7 pour ce qui concerne l’engagement et la rapide désillusion de Bardamu :

http://www.pourlhistoire.com/docu/voyage-celine.pdf

« Body art » et « Land art »

28 août 2017

Souvent confus quand il aborde les sujets historiques (d’après lui Jésus serait un personnage de fiction…), parfois franchement pénible quand il intervient à la télé ou répond à bâtons rompus aux questions de ses fans, le philosophe Michel Onfray reste très intéressant à écouter quand il donne des conférences à l’université de Caen. On peut écouter ci-dessous deux leçons consacrées à des thèmes éventuellement utiles pour l’épreuve de BTS. Dans la première, il aborde largement le body art, de manière très pédagogique. Dans la seconde, il évoque le land art, en faisant un détour par Jérôme Bosch et Arcimboldo.

https://www.youtube.com/watch?v=doQfALqqSB4

https://www.youtube.com/watch?v=OcBbBQrMApo

1...34567...93