• Accueil
  • > Ancien thème (2014-2015) : "Cette part de rêve que chacun porte en soi"

Archive de la catégorie ‘Ancien thème (2014-2015) : « Cette part de rêve que chacun porte en soi »’

Oui à Giorgio Armani parce que Malango bat dans le cœur des hommes…

Jeudi 11 décembre 2014

Noël approche, période propice au consumérisme débridé, même en période de crise. Tous les arguments sont bons, pour les publicitaires, afin de convaincre les acheteurs potentiels de se laisser tenter. Armani vend littéralement du rêve, en proposant, en italien et en compagnie de Cate Blanchett, de dire oui, aux rêves, à la liberté, à la vie, à l’émotion, à l’amour, à soi-même… Du côté de Malango, c’est la voix de Richard Bohringer qui vante dans un seul et même spot le café bio de la marque, bien sûr issu du commerce équitable, ainsi que des cafetières « recyclables » contribuant « à la fin de l’obsolescence programmée ».

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

 

« L’ombilic du rêve » au centre Wallonie-Bruxelles

Dimanche 7 décembre 2014

Le Belge Fécilien Rops, l’Allemand Max Klinger, l’Autrichien Alfred Kubin et le Belge Armand Simon ont tous gravé ou dessiné des œuvres oniriques, étranges, érotiques, voire pornographiques et parfois cauchemardesques. L’exposition présentée jusqu’au 4 janvier 2015 par le centre culturel Wallonie-Bruxelles de Paris (en face du Centre Pompidou) permet de faire le lien, dans le domaine du rêve, entre Baudelaire (que croisa Rops) et les Surréalistes (dont Simon était proche), en passant par l’Europe centrale « fin de siècle » de Klinger et Kubin, sans perdre de vue l’ « ombilic du rêve », cette partie de chaque rêve qui se dérobe, selon Freud, à toute tentative d’interprétation.

http://www.cwb.fr/media/cwb/426-dp-l-ombilic-du-reve.pdf

Félicien Rops (1833-1898), « La Sieste », 1879.

« Les Temps modernes » sur LCP

Vendredi 5 décembre 2014

La Chaîne parlementaire diffuse le dimanche 7 décembre à 20.35 Les Temps modernes (1936) de Chaplin. Cet excellent film peut servir aussi bien pour évoquer l’omniprésence des objets que pour illustrer le thème du rêve. Il décrit, en effet, l’absurdité d’un fordisme poussé à l’extrême dans des usines où les ouvriers sont réduits en esclavage par des machines incontrôlables. Mais il montre aussi, dans la scène de rêve éveillé fait par Charlot et sa fiancée, la fascination que peut exercer la prospérité matérielle.

Image de prévisualisation YouTube

« Villes visionnaires » au FRAC d’Orléans

Mercredi 3 décembre 2014

Le fonds régional d’art contemporain de la région Centre est basé à Orléans. Il présente une exposition permanente sur l’architecture expérimentale du vingtième siècle ainsi que, en ce moment et jusqu’au 22 février 2015, une exposition temporaire intitulée Villes visionnaires. Ces deux expositions peuvent s’avérer intéressantes pour aborder le thème du rêve en tant qu’utopie.  A travers les Villes visionnaires, on découvre de nombreux projets novateurs et parfois farfelus des années 1950 à nos jours, des villes lunaires et des villes sous-marines, des immeubles en forme de bulle, de ventouse, de coquille…

http://www.frac-centre.fr/expositions/dans-les-murs/villes-visionnaires/villes-visionnaires-605.html 

W. Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », Allia, 2013 [1935], 94 p.

Jeudi 6 novembre 2014

Walter Benjamin est un philosophe allemand, né en 1892, qui s’est suicidé en France en 1940, pour échapper aux Nazis. Il s’est intéressé à l’histoire de l’art, à la littérature, etc. On lui doit une Petite histoire de la photographie (1931). Mais son texte le plus célèbre est L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1935), livre qui figure dans la bibliographie du thème « Ces objets qui nous envahissent… ». W. Benjamin y étudie l’impact des nouveaux médias visuels sur les spectateurs des œuvres d’art ; il se demande notamment si la photographie et le cinéma ont modifié l’aura des œuvres.

W. Benjamin,

L’œuvre d’art… est court et très dense, probablement trop dense pour pouvoir être lu avec profit par la plupart des élèves de BTS. Les notes sont presque aussi longues que le texte proprement dit et on trouve même des notes dans les notes ce qui en dit long sur la complexité du propos du philosophe. Par ailleurs, la traduction assez lourde récemment publiée aux éditions Allia ne contribue pas vraiment à la lisibilité d’un texte qui accumule à l’excès les longues phrases savamment construites, selon une tradition propre à la philosophie allemande.

Dans l’ensemble, on ne saurait vraiment conseiller à des élèves de BTS, sauf s’ils ont suivi de nombreux cours de philosophie, la lecture d’un tel livre, certes court mais qui peut s’avérer très vite décourageant.

Citons cependant ci-dessous deux extraits à peu près abordables relatifs aux objets et, concernant l’autre thème au programme, le rêve, un passage décrivant le cinéma comme un médium onirique :

« [...] ce qui s’étiole de l’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, c’est son aura. Le processus est symptomatique ; sa portée déborde la sphère de l’art. La technique de reproduction – ainsi la désigne-t-on généralement – détache l’objet reproduit du cadre de la tradition. En multipliant les reproductions, elle remplace l’autorité de sa présence unique par une existence en masse. Et en autorisant la reproduction future à entrer en contact avec le récepteur à l’endroit où il se trouve, elle actualise l’objet reproduit ». (p. 22)

L.H.O.O.Q dans Ancien thème (2015-2016) :

Marcel Duchamp (1887-1955), « LHOOQ », dessin au crayon sur une carte postale de « La Joconde », 20 x 12 cm, 1919.

« Chaque jour se fait plus irrésistiblement sentir le besoin de rendre l’objet possédable par une proximité toujours plus intime, dans une image, mieux, dans une illustration, dans sa reproduction. Et il est évident que la reproduction, telle que le journal illustré et les actualités hebdomadaires la mettent à disposition, se distingue de l’image. Unicité et durée sont dans celle-ci étroitement imbriquées, autant que la fugacité et le caractère répétitif le sont dans la reproduction ». (p. 26)

Martin-Parr-MEP-Paris dans Fiches de lecture

Martin Parr (né en 1952), « Grand Paris » [spectateurs photographiant "La Joconde"]

« C’est là qu’intervient la caméra, avec ses propres ressources, ses plongées, ses coupes et plans de détail, ses plans longs et courts, sa capacité d’agrandissement et de réduction. A travers elle, nous faisons pour la première fois l’expérience de l’inconscient optique comme, par la psychanalyse, celle de l’inconscient pulsionnel. En outre, il existe les plus étroites connexions entre ces deux formes d’inconscient. Car les nombreux aspects que les appareils d’enregistrement peuvent gagner sur la réalité ne résident, pour la plupart, qu’en dehors du spectre normal de la perception sensorielle. De nombreuses déformations et stéréotypes, de métamorphoses et catastrophes qui peuvent atteindre le monde de l’optique au cinéma, l’affectent de fait dans les psychoses, les hallucinations et les rêves. Ainsi, ces types de procédés propres à la caméra sont autant de procédures grâce auxquelles la perception collective peut s’approprier les formes perceptives singulières du psychotique ou du rêveur. Le cinéma a ouvert une brèche dans l’antique vérité d’Héraclite – selon laquelle les éveillés ont un monde commun et les dormeurs chacun le leur ». (p. 77)

Les rêves et la nuit

Lundi 27 octobre 2014

Le muséum d’histoire naturelle présente jusqu’au 3 novembre une exposition intitulée La Nuit. Il y est question d’astronomie et, surtout, des animaux nocturnes (on peut voir des centaines d’animaux empaillés tirés des extraordinaires collections du musée). Mais on y traite aussi du sommeil des hommes et des animaux ainsi que de la place du rêve dans la vie nocturne. On apprend par exemple que certains animaux n’ont guère le temps de rêver, comme l’okapi qui dort 5 minutes par cycle de 24 heures et seulement par tranches de trente secondes, ou le martinet qui ne peut s’arrêter de voler et doit se contenter de minuscules phases de sommeil. D’autres animaux ont en revanche tout le temps nécessaire pour dormir et rêver : c’est le cas des grands prédateurs et notamment des félins mais aussi de leurs cousins domestiques, les chats, qui dorment jusqu’à 20 heures par jour. Avec environ huit heures de sommeil, l’homme se situe dans la moyenne des mammifères, mais les phases de son sommeil restent encore mystérieuses, notamment pour ce qui concerne le rôle des rêves… Une exposition qui aborde à la marge, donc, l’un des deux thèmes du BTS, mais qui peut aussi s’avérer intéressante concernant les objets : on peut profiter de son billet pour visiter la Grande galerie de l’évolution récemment rénovée et constater le statut d’objet culte acquis par certains animaux empaillés, notamment auprès des enfants…

http://www.mnhn.fr/fr/visitez/agenda/expositions/nuit

Les rêves et la nuit  dans Ancien thème (2014-2015) :

« Les choses de la vie »

Samedi 25 octobre 2014

A lire dans le Télérama de la semaine du 25 au 31 octobre, un long article de Xavier de Jarcy sur le design intitulé « Les choses de la vie ». Le chapeau de l’article indique qu’il y est question d’objet mais aussi de rêve, ce qui pourrait correspondre aux deux thèmes du BTS : « Les objets parlent de nous. De nos façons de vivre, de nos rêves aussi… »

Révisions (à l’attention des BTS 2 du CFM BTP)

Mercredi 22 octobre 2014

Ci-dessous, dans le but de préparer vos révisions, le document récapitulant l’ensemble des documents étudiés depuis la rentrée 2013 :

fichier pdf BTS Progression 2013-2015

Vous devrez me rendre vos fiches de révisions pour le thème du rêve avant le 20 décembre, sous la forme d’un fichier Word joint à un mail envoyé à mon adresse. Je tiendrai compte, pour la note : 1) de la pertinence de vos fiches, 2) de l’exhaustivité de votre travail (il ne doit pas vous manquer plus de 10% des documents étudiés).

« Pierres de rêve »

Samedi 18 octobre 2014

Très prisées des Romains de l’Antiquité et des princes de la Renaissance italienne, les « pierres à images » sont des roches qui, une fois découpées, donnent l’impression de représenter des paysages imaginaires, dignes des artistes surréalistes. En Asie, où elles sont aussi très appréciées, on les appelle les « pierres de rêve ». Ces objets au fort potentiel onirique peuvent correspondre aux deux thèmes du programme du BTS. Ci-dessous, un site qui propose de nombreuses photos, magnifiques, de « pierres de rêve » :

http://www.ask-images.com/Pierres-de-Reves,466,7,fr,f1.html 

« Rêve toujours »

Samedi 11 octobre 2014

Récemment présentée à Bagneux, « Rêve toujours » est une intervention auprès du public proposée par un collectif appelé « Crétonart ». Dans le cadre de ce programme artistique des passants sont invités à mettre leurs rêves par écrit afin que les comédiens tentent de les réaliser :

http://www.cretonart.com/r%C3%AAve-toujours/

12345...14