Archive de la catégorie ‘Théâtre’

« Comment vont les choses ? »

Samedi 11 octobre 2014

Le théâtre du Rond-Point présente, du 9 au 30 octobre, un spectacle de Roger Pol-Droit intitulé Comment vont les choses ?  Le philosophe évoque dans ce spectacle son rapport aux objets. Le programme annonce que, chaque soir, la représentation sera suivie d’un débat avec un invité qui fera lui-même part de son rapport à certains objets. L’ensemble pourrait éventuellement s’avérer intéressant pour le BTS.

http://www.theatredurondpoint.fr/saison/fiche_spectacle.cfm/183755-comment-vont-les-choses-.html

« Rêves d’amour »

Dimanche 29 juin 2014

Récemment présenté à Versailles avant un passage au festival off d’Avignon, la pièce Rêves d’amour est tirée de nouvelles de Maupassant dans lesquelles les femmes sont à l’honneur. Un petit spectacle classique mais assez ingénieux dans sa mise en scène, à voir éventuellement même s’il paraît difficile de le citer en tant que tel dans une copie de BTS :

http://www.theatremontansier.com/evenement/reves-damour/

Théâtre et NTIC

Dimanche 24 mars 2013

L’omniprésence des NTIC dans notre vie quotidienne intéresse beaucoup les auteurs de théâtre. Le Café de la gare présente une pièce qui tourne autour de la sortie de l’a-phone d’Iple…

http://www.aphone.eu/presentation.html

Théâtre et NTIC dans Ancien thème (2013-2014) :

« Les Liaisons dangereuses » au théâtre

Vendredi 9 mars 2012

Les Liaisons dangereuses est l’un des plus célèbres romans français, écrit par Choderlos de Laclos. Ce roman épistolaire publié en 1782 a été adapté deux fois au cinéma à la fin des années 1980. Milos Forman a tourné Valmont en 1989, alors que Stephen Frears avait signé, l’année précédente, Les Liaisons dangereuses avec notamment John Malkovitch et Glenn Close dans les rôles de Valmont et Merteuil, les deux personnages principaux du roman. Une troisième adaptation cinématographique américaine, se déroulant de nos jours à New York, est sortie en 1999, sous le titre Sexe intentions, avec Ryan Philippe et Sarah Michelle Gellar.

Le théâtre de l’Atelier, à Paris, présente, jusqu’au 30 juin 2012, une version du roman adapté pour le théâtre par Christopher Hampton. Cette adaptation est mise en scène par John Malkovitch, vingt ans après son incarnation de Valmont.

La pièce est, quant au fond, très fidèle à l’esprit libertin du roman, même si elle est subtilement « modernisée », les personnages échangeant des sms plutôt que des lettres. Le théâtre est très agréable, les acteurs sont convaincants et la mise en scène vraiment très efficace. La représentation dure trois heures, entrecoupées par un entracte, mais on n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer. La pièce est donc tout à fait accessible, qu’on ait lu ou non le roman. La presse est d’ailleurs unanimement élogieuse. L’ensemble, mêlant l’un des plus célèbres romans épistolaires à l’utilisation des nouvelles technologies fournit une très bon moyen d’entrer dans le nouveau thème au programme. C’est aussi l’occasion de commencer à aller au théâtre pour ceux qui n’en ont pas l’habitude.

NB : mieux vaut choisir une place de prix moyen (26,60 €) sous peine d’être trop excentré ou trop loin de la scène et mieux vaut s’abstenir si l’on ne supporte pas la nudité (très explicite dans une des scènes au moins).

La bande annonce du film de 1988 :

http://www.youtube.com/watch?v=-ANRSNI-KLg

 

Celle de l’adaptation de 1999 :

http://www.youtube.com/watch?v=pQKlstAGqzU

 

Le site du théâtre qui programme la pièce et l’affiche de celle-ci :

http://www.theatre-atelier.com/spectacle-les-liaisons-dangereuses-duree-de-la-representation-environ-2h35-77.htm

 dans Théâtre

« Les 39 marches » : Molière 2010 de la pièce comique au théâtre La Bruyère

Mercredi 2 novembre 2011

Les 39 marches est, à l’origine, un roman d’espionnage du Britannique John Buchan, publié pendant la Première Guerre mondiale (1915). Ce roman a vaguement servi de trame à un film d’espionnage d’Alfred Hitchcock de 1935, film aussi brillant dans sa mise en scène qu’abracadabrant dans son scénario. La fantaisie de Buchan et d’Hitchcock a récemment servi de base à une adaptation complètement loufoque au théâtre : on se retrouve très vite dans une forme d’absurde délirant, beaucoup plus proche des Monty Python que de l’humour typiquement français (les quatre acteurs interprètent à un rythme effréné une centaine de personnages différents). L’histoire importe peu (on perd assez vite le fil du complot qui inspire toutes les péripéties), mais la mise en scène est très inventive et les acteurs se dépensent sans compter. La pièce a obtenu un succès considérable auprès de la critique (elle a reçu le Molière 2010 de la pièce comique) et a connu un grand succès auprès du public. Elle est reprise jusqu’au 31 décembre 2011 au théâtre La Bruyère, à Paris… et fournit une bonne occasion de s’intéresser au thème du rire de façon ludique, même pour ceux qui, d’habitude, ne mettent jamais les pieds au théâtre.

39marches.jpg