Archive de la catégorie ‘Expositions’

Le quotidien et le corps exposés au Louvre

Dimanche 11 juin 2017

Le Louvre propose en ce moment deux expositions éventuellement intéressantes pour les deux thèmes de culture générale du BTS. L’une, visible jusqu’au 12 juin, concerne le quotidien dans les dessins hollandais du dix-septième siècle. L’autre, qu’on pourra voir jusqu’au 3 juillet, s’intéresse à la représentation du « corps en mouvement ».

http://www.louvre.fr/expositions/dessiner-le-quotidienla-hollande-au-siecle-d-or

http://www.louvre.fr/expositions/corps-en-mouvementla-danse-au-musee

Louvre corps

Le corps sous toutes les coutures à la Maison de la photo

Samedi 10 juin 2017

On peut voir jusqu’au 18 juin à la Maison européenne de la photographie, à Paris, plusieurs expositions évoquant le corps. L’Australien Shaun Gladwell s’intéresse par exemple aux corps des skateurs qu’il photographie ou filme en pleine action dans des musées d’art moderne ; Martial Cherrier compare les photos de son corps de bodybuilder aux corps de la pop culture et des classiques de l’histoire de l’art ainsi qu’au problème du dopage ; Gloria Friedman se montre « en chair et en os », toute nue et rehaussée de couleurs fluo. Quant aux deux plus grandes expositions, elles peuvent s’avérer très perturbantes : la première est consacrée à Michel Journiac (1935-1995), un des précurseurs du body art (ou « art corporel ») ayant souvent utilisé le mot « corps » pour intituler ses œuvres (Alphabet du corpsMesse pour un corpsEnquête sur un corpsContrat pour un corps, Rituel de corps interdit, Action de corps exclu…) et n’ayant pas hésité à peindre avec son propre sang ; la seconde exposition majeure est une rétrospective d’Orlan (née en 1947), artiste qui, après avoir donné des baisers à des inconnus dans le cadre d’une performance, a fait de son corps une œuvre à part entière à coups d’opérations chirurgicales (on déconseille aux âmes sensibles la vidéo de sa liposuccion…)

https://www.mep-fr.org/programmation/

Gladwell 2015

Shaun Gladwell

Cherrier

Martial Cherrier

Friedman

Gloria Friedman

Journiac

Michel Journiac

Orlan

Orlan

Walker Evans au Centre Pompidou

Vendredi 19 mai 2017

On peut voir au Centre Pompidou jusqu’au 14 août 2017 une grande rétrospective de l’oeuvre de Walker Evans (1903-1975). Ce photographe américain s’est toujours intéressé aux sujets les plus prosaïques, photographiant inlassablement les villes et les campagnes américaines, et surtout les Américains les plus modestes, notamment pendant la Grande dépression des années 1930. Et il l’a toujours fait avec beaucoup de compassion et d’humanisme pour les gens qu’il a photographiés, défendant une approche « vernaculaire » de son art.

Evans Allie

Walker Evans, « Allie Mae Burroughs », 1935-1936.

Vermeer au Louvre

Mercredi 17 mai 2017

On peut voir au musée du Louvre, jusqu’au 22 mai, une exposition consacrée au peintre hollandais Vermeer (1632-1675). On peut y admirer d’exceptionnels tableaux, devenus des icônes de l’histoire de l’art ou de la culture populaire. Et pourtant, la virtuosité du peintre est mise au service de scènes apparemment banales, comme dans La Dentellière ou La Laitière, deux tableaux où Vermeer exalte des femmes saisies dans leurs activités quotidiennes :

http://www.louvre.fr/expositions/vermeer-et-les-maitres-de-la-peinture-de-genre

Johannes Vermeer - Het melkmeisje - Google Art Project.jpg

Vermeer, « La Laitière », 1658, 45 x 41 cm, musée royal d’Amsterdam

Johannes Vermeer - The lacemaker (c.1669-1671).jpg

Vermeer, « La Dentellière », vers 1669-1671, 24 x 21 cm, musée du Louvre

« Circulations » au 104

Mardi 7 mars 2017

On pouvait voir jusqu’au 5 mars, à Paris, au 104, l’édition 2017 d’un festival annuel de la jeune photographie européenne. Nombre des jeunes photographes exposés prenaient le corps pour sujet. On peut citer Arunà Canevascini qui met en scène son propre corps nu et celui de sa mère, Kevin Faingnaert qui s’est intéressé aux superstars du catch en Belgique, Weronika Gesicka qui invente des photos impossibles paraissant pourtant vraisemblables au premier abord, Mafalda Rakos qui photographie des jeunes filles anorexiques souhaitant la disparition de leur corps… On peut aussi trouver, en consultant les archives des éditions précédentes, de très nombreuses photographies se rattachant aux thèmes au programme de l’épreuve de 2017 (c’est-à-dire le souvenir et l’extraordinaire) :

http://www.festival-circulations.com/artiste/

Canevascini

Arunà Canevascini

KevinFaingnaert_Catch_3-300x300

Kevin Faingnaert

Gesika-Weronika-1

Weronika Gesicka

Rakos_03

Mafalda Rakos

Le corps vu par un impressionniste : Frédécric Bazille au musée d’Orsay

Mardi 7 mars 2017

Les collections des musées et les expositions fournissent d’innombrables exemples de l’intérêt des artistes de toutes les époques pour les corps. Dans une exposition qui se tenait jusqu’au 5 mars au musée d’Orsay, consacrée à l’impressionniste Frédéric Bazille (1841-1870), on pouvait ainsi voir de nombreux portraits, mais aussi des nus qui traduisent un nouveau rapport au corps chez les peintres de l’époque. On peut par exemple citer une Etude de nu de 1864, une très provocante Toilette de 1870 et plusieurs tableaux mettant en scène des hommes presque nus, scènes dont la dimension homo-érotique semble bizarrement avoir échappé aux contemporains du peintre (cf. notamment la Scène d’été de 1869).

Le corps vu par un impressionniste : Frédécric Bazille au musée d'Orsay dans Expositions bazille-etude-de-nu-300x115

Frédéric Bazille, « Etude de nu » (1864).

bazille-toilette-290x300 dans Thème 2 (2018-2019)

Frédéric Bazille, « La Toilette » (1870).

bazille-ete

Frédéric Bazille, « Scène d’été » (1869).

« L’Île des esclaves oubliés » et « Mémoires libérées » à Nantes

Mercredi 27 avril 2016

Afficher l'image d'origine

Le château des ducs de Bretagne de Nantes présente jusqu’au 30 avril une très intéressante exposition sur une communauté de Mozambicains et de Malgaches ayant survécu pendant quinze ans, sur le minuscule îlot de Tromelin, près de Madagascar. Ces Africains ont été abandonnés sur l’îlot en 1761 après le naufrage du navire français qui devait les déporter vers l’île Bourbon (de nos jours la Réunion). L’équipage a réussi à reconstruire un navire de secours à partir de l’épave a promis de venir secourir les esclaves. Mais les secours ont pris un énorme retard, contraignant les naufragés à faire feu de tout bois pour se maintenir en vie. Oubliés pendant quinze ans, les derniers survivants ont été secourus in extremis. Leur épopée a fait l’objet de fouilles archéologiques sur Tromelin qui appartient aux Terres australes et antarctiques françaises. C’est le destin passionnant de ces rescapés qui est évoqué dans cette exposition qui se tient au sein d’un musée dont les collections permanentes reviennent aussi sur la place primordiale de Nantes dans la traite négrière.

http://www.chateaunantes.fr/fr/evenement/tromelin

http://www.chateaunantes.fr/fr/traite-negriere-atlantique

La ville de Nantes a été l’une des premières, en France, à assumer son passé négrier notamment par la construction d’un mémorial de l’abolition de l’esclavage :

http://memorial.nantes.fr/

L’hôtel de ville de Nantes accueillera du 4 mai au 30 juin une exposition consacrée à l’esclavage et intitulée

http://www.memoiresliberees.org/exposition-nantes/

Afficher l'image d'origine

La Chambre des Merveilles à Lyon

Mardi 8 mars 2016

On avait signalé la tenue à Lyon, en lien avec le thème des objets, d’une exposition intitulée La Chambre des Merveilles. Cette exposition qui sera présentée jusqu’au 31 juillet 2016 peut aussi s’avérer très intéressante pour le nouveau thème au programme des sessions 2017-2018. On peut en effet y voir des artificialia et des naturalia, c’est-à-dire des objets naturels ou fabriqués par l’homme, « insolites, fascinants, extraordinaires ou mystérieux » autrefois conservés dans des « cabinets de curiosités » : œil de baleine, crabe géant, œuf d’autruche voisinent ainsi avec des prodiges mécaniques ou des armes exotiques dans un ensemble très pédagogique et vraiment fascinant.

http://www.museedesconfluences.fr/fr/evenements/dans-la-chambre-des-merveilles

 

Les objets au musée des Confluences de Lyon

Lundi 25 janvier 2016

Récemment ouvert à Lyon, le musée des Confluences est riche de collections extrêmement variées qui peuvent s’avérer très intéressantes en vue de la préparation de l’épreuve de culture générale du BTS. En outre, l’institution organise des expositions temporaires de grande qualité qui peuvent être utiles dans la mesure où elles accordent un grand rôle à des objets toujours soigneusement mis en scène, de manière très pédagogique.

On pouvait ainsi voir jusqu’au 24 janvier 2016 une vaste exposition consacrée à L’Art et la machine qui s’intéressait au regard porté par les artistes sur l’industrie, du dix-huitième siècle à notre époque. Une partie des documents accompagnant l’exposition est toujours consultable sur le site du musée.

http://www.museedesconfluences.fr/fr/evenements/l%E2%80%99art-et-la-machine

http://www.museedesconfluences.fr/fr/ressources/la-ds-de-roland-barthes?destination=explorer%3Ff%5B0%5D%3Dim_field_filtres_decouvertes%253A3654

Afficher l'image d'origine

On peut voir, jusqu’au 10 avril 2016 la très belle exposition inaugurale consacrée aux cabinets de curiosités intitulée La Chambre des merveilles. Il est possible d’y admirer les collections d’humanistes épris de connaissances, collections dans lesquelles voisinent les momies de chat égyptiennes et les monstruosités naturelles, les merveilles géologiques et les animaux empaillés les plus rares, les moutons à cinq pattes et les cornes de « licornes »…

http://www.museedesconfluences.fr/fr/evenements/dans-la-chambre-des-merveilles

On peut enfin visiter, jusqu’au 17 avril, une exposition a priori plus austère mais elle aussi très intéressante, consacrée aux objets en pierre, en cuivre et en or, envisagés comme des signes extérieurs de richesses à l’époque néolithique, quelques milliers d’années avant notre ère. Une époque où les déplacements étaient difficiles mais où on n’hésitait pas à faire transiter des objets sur de très longues distances pour bénéficier du prestige qui s’attachait à leur possession.

http://www.museedesconfluences.fr/fr/explorer/%2522signe%2520de%2520richesse%2522

Objets de confort

Lundi 25 janvier 2016

On peut visiter jusqu’au 17 avril 2016 aux Galeries Poirel de Nancy une très intéressante exposition intitulée Zone de confort. On peut y voir des centaines quelques dizaines d’objets très bien présentés après avoir été soigneusement sélectionnés parmi les collections du Centre national des arts plastiques. Il s’agit essentiellement mais pas uniquement de pièces de mobilier, qui ne semblent pas toutes vraiment confortables, mais qui sont toutes intéressantes, pour leur forme, leur matériau, leur usage, c’est-à-dire leur design. L’ensemble est accompagné d’une documentation abondante et gratuite sur les objets exposés.

A lire en cliquant sur le lien ci-dessous, un compte-rendu détaillé et enthousiaste de l’exposition, sur le site de Télérama :

http://www.telerama.fr/scenes/l-expo-zones-de-confort-a-nancy-pourquoi-le-design-n-est-pas-toujours-confortable,135482.php

Afficher l'image d'origine

12345...9