• Accueil
  • > "De la musique avant toute chose ?" (nouveau thème 2021-2022)

Archive de la catégorie ‘« De la musique avant toute chose ? » (nouveau thème 2021-2022)’

Les Comedian Harmonists

Lundi 13 avril 2020
Image de prévisualisation YouTube

Dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, les Comedian Harmnoists constituaient un groupe très célèbre, finalement dissous en 1935 car trois de ses six membres étaient juifs. Une histoire que retrace un film de 1997.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Comedian_Harmonists

Image de prévisualisation YouTube

Musiques de film…

Dimanche 12 avril 2020

Certains réalisateurs recourent pour leurs films à des musiques déjà existantes et parfois très connues : on peut citer Francis Ford Coppola qui a utilisé la « Chevauchée des Walkyries » (1856) de Wagner pour une célèbre scène d’Apocalypse now (1979) ou The End (1967) des Doors pour la scène finale du même film,  ou Stanley Kubrick qui a beaucoup pioché dans la musique classique pour ses films (de 2001, l’Odyssée de l’espace en 1968 à Eyes wide shut en 1999).

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

D’autres cinéastes font réaliser des bandes originales qui deviennent parfois plus célèbres que les films, comme par exemple India song de Carlos d’Alessio (initialement conçue pour un film de Marguerite Duras de 1975) ou la musique de Georges Delerue pour Le Mépris (1963) de Jean-Luc Godard…

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

« La Môme » (2007)

Dimanche 12 avril 2020

Les biopics consacrés aux chanteurs ou musiciens célèbres sont plutôt une spécialité américaine. Mais on en trouve quelques exemples en France avec notamment La Môme qui s’attache à la vie chaotique d’Edith Piaf (1915-1963), sorte de rock star avant l’heure, et à la française, incarnée par Marion Cotillard…

Image de prévisualisation YouTube

Le manuscrit d’une chanson des Beatles vendu 910 000 $

Samedi 11 avril 2020
Image de prévisualisation YouTube

Le manuscrit des paroles de la chanson Hey Jude (1968) des Beatles vient d’être vendu pour la somme de 910 000 $. Sans qu’on sache s’il faut vraiment s’en réjouir… Cela prouve en tous cas que la musique populaire est devenue un objet de spéculation : on vend des instruments ou des costumes de scènes de célébrités, et désormais des manuscrits… Mais il s’agit des Beatles qui demeureront probablement une exception pendant quelques temps encore. Ci-dessus une captation vidéo de la chanson, à une époque où le groupe semble déjà avoir du mal à fonctionner comme tel (cf. John Lennon qui mâchouille ostensiblement un chewing-gum). Avec une participation du public dont on se demande à quelle point elle est spontanée. Et une prise de son qui pose bien des questions…

https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/04/11/les-paroles-manuscrites-de-hey-jude-des-beatles-vendues-910-000-dollars-aux-encheres_6036295_3246.html

De la musique encore et toujours…

Samedi 11 avril 2020

En 2009, le pianiste canadien Gonzales (né en 1972) a battu le record du plus long concert solo au piano, avec une performance de plus de 27 heures. Ce qui est, en soi, totalement inutile… Mais l’artiste n’est pas qu’un virtuose technique. Il est aussi l’auteur d’une œuvre éclectique avec de collaborations qui vont du rap à l’électro et à la musique « classique »…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chilly_Gonzales

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Peut-être, parmi les influences de Gonzales, peut-on citer un autre célèbre pianiste canadien, Glenn Gould (1932-1982), notamment célèbre pour ses interprétations de Bach, et complètement absorbé dans la musique comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Glenn_Gould

Image de prévisualisation YouTube

Soeur Ignatius : « La mère Teresa du reggae »

Mercredi 8 avril 2020
Image de prévisualisation YouTube

De 1939 à sa mort, Sœur Ignatius (1921-2003) a été professeur de musique puis directrice de l’Alpha boys’ school, une institution catholique pour jeunes défavorisés de Kingston, en Jamaïque. Elle a pendant plus de soixante ans remis dans le droit chemin de nombreux jeunes, en les incitant notamment à se tourner vers le sport et la musique. Et elle a ainsi contribué à former des dizaines de musiciens à l’origine du ska et du reggae !

https://www.lepelerin.com/histoire-patrimoine/les-grandes-dates-de-l-histoire/le-jour-ou-soeur-ignatius-crea-le-reggae/

Sauvée par ses écouteurs…

Mardi 7 avril 2020

« My headphones / They saved my life » chantait en 1995 l’Islandaise Björk (née en 1965) dans Headphones :

Image de prévisualisation YouTube

Cinq ans plus trad, la chanteuse a joué dans Dancer in the dark de Lars von Trier. Elle incarne dans cette « comédie musicale » une ouvrière qui entend la musique générée par les objets, comme ci-dessous en plein travail à l’usine :

Image de prévisualisation YouTube

La nostalgie musicale selon Jankélévitch

Mardi 7 avril 2020

Le philosophe français d’origine russe Vladimir Jankélévicth (1903-1985) était aussi musicologue. Dans la vidéo ci-dessous, il analyse en moins de cinq minutes les rapports entre nostalgie et musique. Il souligne que la nostalgie est associée à une musique lente et grave, mais n’explique pas vraiment pourquoi…

Image de prévisualisation YouTube

« Rock’ n’ roll suicide » (1972)

Mardi 7 avril 2020

Rock’ n’ roll suicide a été sorti par David Bowie en 1972, à une époque où le chanteur menait une vie trépidante (cf. la vidéo ci-dessous). Certains pensaient peut-être qu’il connaîtrait  le sort peu enviable de beaucoup de jeunes rockers de l’époque, victimes d’une véritable hécatombe en raison des drogues notamment (Brian Jones, Jimi Hendrix, Jim Morrison et Janis Joplin morts précocement entre 1969 et 1971…). David Bowie a pourtant vécu une fin de carrière paisible, et est mort en 2016, après avoir refusé en 2003 l’anoblissement que lui avait proposé la reine…

Image de prévisualisation YouTube

« Isolation » (1980) de Joy Division

Lundi 6 avril 2020

Faux-ami franco-anglais mais vrai problème, « Isolation » du groupe britannique Joy Division qu’on traduirait plutôt en français par « Isolement » évoque la réclusion plus ou moins volontaire : « Surrendered to self preservation / From others who care for themselvses »…

Image de prévisualisation YouTube
123456