Archive de la catégorie ‘Cinéma’

« Dans les forêts de Sibérie » de Sylvain Tesson

Mercredi 15 juin 2016

Sylvain Tesson est un auteur français, né en 1972, spécialisé dans les récits de voyages. Il a publié en 2011 Dans les forêts de Sibérie. Il ne s’agit pas d’un roman mais d’un récit autobiographique évoquant une expérience extraordinaire : l’auteur a en effet passé six mois complètement isolé dans une cabane au bord du lac Baïkal, au cœur de la Sibérie. Dans le livre qui se présente comme un journal de bord de son aventure, S. Tesson évoque longuement le lac, les forêts enneigées, la météo et notamment les températures glaciales. Il explique comment il survit en coupant du bois, en pêchant sous la glace, en subvenant presque seul à l’ensemble de ses besoins. En effet, il n’est accompagné que de deux petits chiens et ne reçoit que de rares visites de ses lointains voisins russes. Il n’a que de très rares contacts avec la France mais apprend cependant que son amie profite de l’expérience pour l’abandonner. Il surmonte la déception et l’ensemble de ses difficultés en adoptant le fatalisme désespéré mais néanmoins jovial des Russes et en se réconfortant grâce aux paysages sublimes et changeants qui s’offrent chaque jour à son regard. Il recourt aussi abondamment à la réserve de cigares qu’il a emportée et consomme, seul ou accompagné de ses amis russes, de grandes quantités de vodka.

L’ensemble correspond tout à fait au thème de l’extraordinaire au programme du BTS (le livre fait d’ailleurs partie de la bibliographie du Bulletin officiel). Le livre est assez facile à lire, l’auteur alternant rapidement des considérations sur la grandeur de la nature et l’évocation très vivante de ses soucis plus quotidiens. Dans les forêts de Sibérie a par ailleurs été adapté au cinéma en 2016.

Afficher l'image d'origine

Image de prévisualisation YouTube

« The Revenant »

Lundi 14 mars 2016

Leonardo Di Caprio était prêt à tout pour obtenir enfin l’oscar, y compris à incarner, dans des conditions de tournages difficiles, un personnage repoussant toutes les limites pour assouvir une vengeance, survivant à un ensevelissement vivant, nageant dans un fleuve glacé et se nourrissant de viande crue, après une chute à cheval d’une falaise, des attaques d’Indiens et de trappeurs, le tout dans un froid glacial… Un héros littéralement « extraordinaire » victime de « traumatismes » qui « coupent le souffle et la parole » (selon le texte du Bulletin officiel définissant le nouveau thème du BTS), à voir dans The Revenant le dernier film du Mexicain Inarritu :

Image de prévisualisation YouTube

La mémoire et le souvenir au cinéma

Vendredi 28 août 2015

Deux films visibles en ce moment sur les écrans de cinéma évoquent le souvenir et la mémoire. Il s’agit d’une part de Floride qui traite de l’Alzheimer d’un personnage incarné par Jean Rochefort, d’autre part d’Amnesia, film dont le personnage principal a rompu avec ses origines germaniques par rejet du passé nazi de l’Allemagne. Amnesia est lourdement plombé par un scénario incroyablement manichéen que les acteurs peinent beaucoup à incarner et Floride ne semble pas promis à un grand succès d’après les critiques. On peut préférer à ces deux films deux autres sortis l’année dernière sur des sujets comparables : Still Alice sur l’Alzheimer et le très bon Labyrinthe du silence bien plus divertissant et probablement beaucoup plus juste qu’Amnesia sur les zones d’ombres mémorielles de l’histoire allemande. On peut aussi retenir que la mémoire et le souvenir n’en finissent pas d’inspirer les cinéastes.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

« Nos futurs »

Mardi 28 juillet 2015

On peut voir depuis le 22 juillet au cinéma un film français intitulé Nos futurs en écho au slogan punk « No future ». Ce film raconte l’histoire de Yann, un trentenaire pourvu d’une belle situation professionnelle et adoré par sa femme mais qui ne parvient pas à avoir d’enfant ni à entretenir des relations normales avec sa mère. Se rendant compte qu’il est en train de devenir un « vieux con », Yann décide d’appeler son ami d’enfance et copain de lycée, Thomas, grand fan du minitel qui est resté prisonnier de son adolescence dissipée…  Dès lors, le film suit les traces du Péril jeune ou de Camille redouble confrontant les deux personnages à leurs souvenirs (anciennes petites amies, booms lycéennes, etc.). Il s’agit d’une réflexion touchante sur l’amitié et sur la nostalgie, sur le deuil des personnes et de la jeunesse. L’ensemble, par ailleurs souvent très drôle, peut donc s’avérer utile pour aborder le second thème du programme de culture générale du BTS.

Image de prévisualisation YouTube

Vice Versa

Vendredi 24 juillet 2015

Le dernier film d’animation des studios Pixar s’intitule Vice Versa. On peut le voir au cinéma depuis le 17 juin 2015. Ce film met en scène les émotions qui agitent Riley, une pré-adolescente fan de hockey confrontée à un déménagement difficile du Minnesota vers San Francisco. Ces émotions sont incarnées par des personnages animés (Joie, Tristesse, Peur, Colère et Dégoût). Ces émotions pilotées par Joie provoquent les réactions de Riley et sont aussi chargées de ses souvenirs, enregistrant plus ou moins fidèlement les événements du jour dans les différentes strates de sa mémoire et réactivant le souvenir d’épisodes anciens. L’animation est toujours très inventive et tous les personnages peuvent être interprétés à deux niveaux au moins, de manière à satisfaire le jeune public aussi bien que les adultes, voire les spécialistes des sciences cognitives puisque le film porte tout un discours sur le rapport entre les émotions, la mémoire et la construction de la personnalité. Ci-dessous, deux extraits concernant la mémoire, le premier évoque les bons souvenirs de Riley et le second montre Joie et Tristesse perdues dans le labyrinthe de la « mémoire à long terme » :

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

L’amnésie au cinéma

Jeudi 23 juillet 2015

L’amnésie a inspiré de nombreux films. Le 8 juillet dernier, on pouvait par exemple voir un film de 2001 de Zabou Breitman avec Isabelle Carré et Bernard Campan. Frappé d’une forme d’Alzheimer incurable, le personnage de Claire Poussin incarné par I. Carré était envoyé dans une clinique spécialisée dans les troubles de la mémoire. On voyait dans ce film comment la malade essayait désespérément de lutter contre les progrès d’Alzheimer à coup de post-it et de consignes enregistrées sur un dictaphone. Le film Still Alice sorti en 2014 et dans lequel une scientifique incarnée par Julian Moore était elle aussi frappée d’Alzheimer précoce reprenait certains de ces détails.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Du côté de l’amnésie plus ou moins volontaire, on peut évoquer deux films qui sont sortis ou vont bientôt sortir au cinéma. Dans une veine comique, Nos Futurs qui raconte les retrouvailles d’anciens copains de lycée. Et, plutôt dramatique, Amnesia de Barbet Schroeder.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

« Trois souvenirs de ma jeunesse »

Dimanche 14 juin 2015

Le film d’Arnaud Desplechin intitulé Trois souvenirs de ma jeunesse est sorti le 20 mai au cinéma. La bande annonce laisse penser que le film tourne autour d’un personnage à l’identité trouble, impliqué dans des affaires d’espionnage. Mais, en fait, ce sujet n’occupe qu’une petite partie du film. L’essentiel porte sur la jeunesse du héros, Paul Dédalus, sur ses études à l’université à la fin des années 1980, sur ses amis et surtout sur sa relation avec une lycéenne, Esther. Le film risque de sembler insupportablement théâtral à ceux qui ne connaissent pas ou n’apprécient pas l’œuvre du réalisateur, mais il aborde cependant les relations humaines et le souvenir de manière très intéressante.

Image de prévisualisation YouTube

A signaler du même réalisateur, un autre film récemment sorti, qui évoque aussi la place des souvenirs dans la psychanalyse et l’ethnologie, Jimmy P., psychothérapie d’un Indien des plaines (2013) : 

Image de prévisualisation YouTube

Mad Max

Mercredi 27 mai 2015

On peut voir en ce moment au cinéma Mad Max – Fury road avec Tom Hardy et Charlize Theron. Comme le premier de la série crée par George Miller en 1979, ce nouveau Mad Max se déroule dans un futur apocalyptique où la pénurie sévit dans tous les domaines : l’essence et l’eau manquent, ainsi que la nourriture, et tous les objets sont réparés et recyclés à l’infini, notamment les pièces mécaniques des voitures, soumises à très rude épreuve au cours de spectaculaires poursuites :

Image de prévisualisation YouTube

« Le Labyrinthe du silence »

Jeudi 14 mai 2015

On peut voir au cinéma en ce moment un film allemand intitulé Le Labyrinthe du silence. Ce film évoque l’enquête menée par un jeune procureur,  en 1963, à Francfort, sur un ancien gardien d’Auschwitz. Le film montre bien la chape de plomb qui pesait sur le génocide juif dans la société ouest-allemande puisque personne ou presque ne semble connaître, à l’époque, le nom d’Auschwitz, nom devenu depuis symbolique de la logique génocidaire. Le film est très classique et efficace en évitant le pathos. Il aurait très bien pu s’appeler Le Labyrinthe de l’oubli et peut donc être utile pour le nouveau thème de culture générale du BTS.

Image de prévisualisation YouTube

Révisions pour le BTS : le rêve au cinéma

Jeudi 23 avril 2015

A voir ou à revoir en prévision de l’épreuve d’écriture personnelle du BTS, quelques films concernant le rêve.

Tout d’abord Inception, film de Christopher Nolan de 2010, qui fait une grande place au rêve :

Révisions pour le BTS : le rêve au cinéma dans Ancien thème (2014-2015) :

Ensuite Mulholland drive (2001) de David Lynch qui explore les ambiguïtés du rêve et du cauchemar :

69217309_af dans Cinéma

On peut aussi voir Requiem for a dream, tourné l’année précédente par Darren Aronofky, qui aborde aussi le cauchemar :

p25574_d_v7_aa

Parmi les classiques, on peut citer Citizen Kane d’Orson Welles (qui a manifestement influencé l’Inception de Nolan) :

aff

Du côté français, citons enfin Camille redouble de Noémie Lvovsky (2012) :

20175421

1...345678