Archive de la catégorie ‘Cinéma’

« Citizen Kane »

Mercredi 17 septembre 2014

Citizen Kane figure dans la filmographie du programme du BTS concernant les objets. Dans ce film mythique d’Orson Wells de 1941, la scène d’ouverture fait intervenir une mystérieuse boule à neige associée au mot « rosebud » (bouton de rose) :

Image de prévisualisation YouTube

 

Arthur Schnitzler, « La Nouvelle rêvée », 1926

Mardi 10 juin 2014

La Nouvelle rêvée est un bref récit de l’écrivain autrichien Arthur Schnitzler (1862-1931). Ce texte a été publié en 1926. Il raconte 24 heures de la vie d’un couple de la bourgeoisie viennoise, Fridolin et Albertine. Les deux époux commettent l’imprudence de se raconter mutuellement qu’ils ont failli se montrer infidèles l’un envers l’autre. Fridolin prend très mal la révélation de sa femme et accueille favorablement toutes les occasions de passer à l’acte en la trompant. Or, ces occasions sont très nombreuses : en quelques heures d’une nuit très mystérieuse, Fridolin croise des jeunes filles fragiles et des prostituées, avant de participer à un bal masqué qui semble tourner à l’orgie ou à la messe noire…

En une centaine de pages, Schnitzler parvient dans La Nouvelle rêvée à évoquer le désarroi d’un couple face aux pulsions sexuelles, en laissant toujours le lecteur dans le doute quant à ce qui arrive à Fridolin dont on se demande s’il rêve ou s’il vit véritablement ses très étranges aventures… On peut rapprocher ce texte des théories sur le rêve de Freud qui vivait à Vienne, dans le même milieu intellectuel que Schnitzler, et qui est l’auteur de L’Interprétation des rêves (1899).

A noter que cette nouvelle a fait l’objet d’une brillante adaptation cinématographique de la part de Stanley Kubrick, en 1999, sous le titre Eyes wide shut. 

Arthur Schnitzler,

Arthur Schnitzler, « La Nouvelle rêvée », Le Livre de Poche, 1991, 190 p.

Ci-dessous, la bande annonce du film de Stanley Kubrick qui se conclut, en version originale, par les mots « It’s only a dream… » :

Image de prévisualisation YouTube

« Her »

Mercredi 19 mars 2014

Après participation à une séance en avant-première, on peut confirmer tout l’intérêt pour les élèves de BTS du dernier film de Spike Jonze qui sortira sur les écrans le 19 mars.  Il s’agit en effet d’une des meilleurs comédies dramatiques du début de l’année et, en même temps, d’une méditation très subtile sur la place des nouvelles technologies dans nos vies et sur le vide existentiel qu’elles parviennent parfois à combler chez certains.

Dans ce film qui se déroule dans un futur proche, à Los Angeles, les écrans et outils numériques sont très présents. Si présents que les gens n’ont plus le temps de s’écrire des lettres et recourent, pour se témoigner de l’affection, aux services d’écrivains professionnels. Le personnage de Theodore Twombly, incarné par Joaquin Phoenix, est réputé pour la qualité des lettres qu’il écrit dans ce cadre, mais il n’a plu le cœur à ce qu’il fait depuis qu’il s’est séparé  de sa femme, Catherine. Une application intelligente à la voix langoureuse, prénommée Samantha, lui redonne le moral mais tend à occuper, dans sa vie, une place de plus en plus envahissante…

S. Jonze aborde dans ce film les relations psychologiques entre l’homme et la machine intelligente en quête de sentiments, ce qui est un sujet classique de la science-fiction depuis, I. Asimov et Philip K. Dick. Mais il le fait de manière moins théorique et beaucoup plus sensible que Stanley Kubrick dans 2001, l’Odyssée de l’espace. La photo est très belle, les dialogues sont parfois très drôles et souvent touchants, Joaquin Phoenix est très convaincant ainsi que Scarlett Johansson dont on n’entend que la voix puisque elle joue le rôle de l’application…

« Her »

Samedi 15 mars 2014

Le prochain film de Spike Jonze, Her, sortira le 19 mars prochain. Dans ce film, Theodore, incarné par Joaquin Phoenix, cherche à se consoler d’une déception sentimentale en téléchargeant une application simulant une présence féminine réconfortante. Mais il tombe peu à peu amoureux de cette voix compatissante et charmeuse… Un film qu’il pourrait s’avérer très intéressant de regarder à quelques semaines du BTS :

Image de prévisualisation YouTube

« Le Vent se lève »

Jeudi 13 février 2014

Le dernier film d’animation du réalisateur japonais Miyazaki, intitulé Le Vent se lève, est sorti sur les écrans le 22 janvier 2013. Il y est question des débuts de l’aviation militaire au Japon pendant l’entre-deux-guerres. On y suit le destin, la carrière et les amours d’un jeune Japonais fasciné par les avions et qui choisit de devenir ingénieur aéronautique chez Mitsubishi pour le compte de l’armée. Ce personnage poursuit deux rêves simultanément : concevoir le meilleur des avions de chasse mais aussi vivre un amour parfait avec une jeune fille qu’il a croisée dans sa jeunesse et avec laquelle il s’est finalement marié. Le personnage est aussi motivé par les nombreux rêves qu’il fait pendant son sommeil : il y rencontre ses idoles tout en y affrontant parfois ses peurs. Il fait par ailleurs plusieurs rêves éveillés qui lui permettent de mettre au point des innovations techniques décisives pour son travail. Le film est un tout petit trop long, peut-être, mais se laisse très bien regarder, notamment pour les quatre ou cinq scènes oniriques qui peuvent s’avérer très intéressantes dans le cadre du BTS…

Image de prévisualisation YouTube

« Mariage de rêve » (2008)

Lundi 9 décembre 2013

A voir ce soir sur Arte, une comédie britannique portant pour titre original Easy Virtue, mais intitulée Mariage de rêve dans sa version française (seule la bande annonce en anglais est visible) : 

Image de prévisualisation YouTube

Le rêve dans les films de Woody Allen

Vendredi 6 décembre 2013

La filmographie du BTS recommande le visionnage du film de Woody Allen La Rose pourpre du Caire (1985). Parmi les autres films de ce réalisateur faisant référence au rêve, on peut citer Cassandra’s dream (2007) ainsi que Minuit à Paris (2011) : 

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

 

Le rêve au cinéma

Vendredi 6 décembre 2013

Le rêve est très présent dans les films sortis récemment.

On peut notamment citer un film allemand intitulé Heimat I. Chronique d’un rêve (2013), un film mexicano-espagnol sorti le 4 décembre 2013 et portant pour titre Rêves d’or en français (mais La Jaula d’Oro en espagnol, c’est-à-dire La Cage d’or) et enfin The Secret life of Walter Mitty qui sortira en France le premier janvier 2014 sous le titre La Vie rêvée de Walter Mitty :

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

« Mulholland drive » (2001) de David Lynch

Jeudi 10 octobre 2013

Le film de David Lynch Mulholland drive raconte l’histoire de Betty, jeune actrice canadienne qui s’installe à Los Angeles pour y faire carrière. Elle y rencontre Rita, une énigmatique jeune femme, rescapée d’un accident de voiture et frappée par un trouble de la personnalité… Mais on croise aussi d’autres femmes, Diane, Camilla et Camille, ainsi que de nombreux personnages secondaires plus baroques les uns que les autres…

On peut relier ce film très étrange au thème du BTS à trois niveaux au moins :

1) Un des personnages conduit, au début du film, un de ses amis dans un restaurant et lui fait part d’un rêve terrifiant, un rêve qui pourrait s’avérer prémonitoire…

Image de prévisualisation YouTube

2) On peut aussi rattacher au thème du rêve l’ambition de Betty, son projet de faire carrière dans le cinéma : Lynch montre à quel point son héroïne est naïve quand elle s’imagine connaître le même destin que les actrices mythiques de l’âge d’or d’Hollywood.

Image de prévisualisation YouTube

3) Enfin, on peut globalement considérer, face aux incohérences frappantes du scénario, que toute la première partie du film n’est en fait qu’un long rêve, ou un cauchemar, probablement fait par Diane ; à  moins que tout le film, y compris dans sa dernière partie, ne soit que le compte-rendu d’un rêve que Lynch propose au spectateur, sans se préoccuper de lui en livrer toutes les clés d’interprétation… (des dizaines de sites Internet tentent d’ailleurs de décrypter tous les mystères du film).

« Psychothérapie d’un Indien des plaines » (2013)

Samedi 28 septembre 2013

« Les Blackfoot pensaient que les rêves prédisent l’avenir. Nous pensons que les rêves éclairent un peu le passé » : c’est ce qu’explique, dans le dernier film d’Arnaud Desplechin, l’ethnopsychanalyste Français d’origine hongroise Georges Devereux, appelé au chevet d’un Indien traumatisé par la guerre de 1939-1945 et par la lente disparition de la civilisation de son peuple. Un film atypique, inspiré d’une histoire vraie, par un cinéaste passionné de psychanalyse, mais qui fournit un bon moyen de se familiariser avec les deux grandes conceptions du rêve, souvent considéré par les sociétés traditionnelles comme prémonitoire puis, à partir de Freud, utilisé comme révélateur des fantasmes liés aux épisodes traumatiques du passé de chacun.

Image de prévisualisation YouTube

12345