Archive de la catégorie ‘Cinéma’

« Chromosome 3 » de David Cronenberg

Lundi 2 octobre 2017

Image de prévisualisation YouTube

David Cronenberg est un cinéaste canadien né en 1943. On lui doit de nombreux films fantastiques dans lesquels le corps joue souvent un grand rôle. On peut voir en ce moment, sur le site de replay d’Arte, un de ses premiers films intitulés The Brood (Chromosome 3 dans la version française dont le doublage est assez approximatif). Il y est donc question d’une « progéniture », celle de Frank et Nola Carveth qui ont une fille un peu perturbée, Candice. Nola est elle-même plus ou moins volontairement recluse dans la clinique d’un psychiatre qui utilise l’hypnose et les jeux de rôle, voire les manipulations génétiques, pour extirper le mal de l’esprit mais aussi du corps de ses patients. Les choses empirent quand de maléfiques et très furtifs enfants, ou des nains difformes, s’en prennent aux proches de la famille Carveth… Un film d’horreur un peu daté et pas toujours facile à suivre mais qui reste assez efficace et annonce les obsessions à venir de D. Cronenberg.

https://www.arte.tv/fr/videos/075172-000-A/chromosome-3/

« Mother »/« Rosemary’s baby »

Lundi 18 septembre 2017

Mother vient de sortir au cinéma. C’est un film de Darren Aronofsky, auteur des très étranges Requiem for a dream et Black Swan. Dans Mother, on suit les efforts d’une jeune femme pour rénover la maison de son mari. Ce dernier, écrivain, est nettement plus âgé qu’elle et il est profondément marqué par l’incendie qui a en grande partie détruit sa maison avant qu’il ne rencontre sa nouvelle compagne. Dès le début, celle-ci est sujette à des vertiges et ressent de bizarres sensations à chaque fois qu’elle s’appuie sur un mur de la maison. Son mari dispose quant à lui d’un mystérieux cristal qui permettrait peut-être de remonter le temps. Tout se complique encore avec l’arrivée d’un couple qui prend très vite ses aises dans la maison, laquelle semble se rebeller au fur et à mesure des dégradations que ces nouveaux occupants lui font subir… On retrouve Jennifer Lawrence (rescapée des pénibles Hunger Games) dans le rôle de la jeune femme et Javier Bardem dans celui de son inquiétant mari, dans un film étrange et souvent angoissant, où l’ordinaire d’un couple amoureux essayant d’avoir un enfant se transforme peu à peu en cauchemar.

Image de prévisualisation YouTube

La première moitié du film rappelle beaucoup Rosemary’s baby le film de Roman Polanski de 1968 où un couple (John Cassavetes et Mia Farrow), dont le mari est acteur et non écrivain, essaye lui aussi d’avoir un enfant et se laisse envahir par des voisins très inquiétants, adeptes des remèdes de grand-mères mais aussi des pratiques sataniques…

Image de prévisualisation YouTube

Dans les deux films, le corps (et l’esprit) des femmes-mères est par ailleurs soumis à très rude épreuve.

« La Belle et la Bête »

Vendredi 15 septembre 2017

« La Belle et la Bête » de Jean Cocteau est sorti en 1946. Ce chef d’oeuvre baroque montre des corps extraordinaires, ceux de la Belle et de la Bête, mais aussi ceux de la demeure de la Bête, Cocteau ayant choisi de filmer d’étonnants montants de cheminées ornés de masques humains vivants ou des chandeliers portés par de véritables bras humains. Le film a été restauré pour les 70 ans de sa sortie et est donc visible en ce moment dans certains cinémas.

Image de prévisualisation YouTube

« Supersize me »

Mardi 12 septembre 2017

Le documentariste Morgan Spurlock s’est intéressé en 2004 aux effets de la nourriture des fast-food sur la santé. Il a mangé pendant un mois uniquement chez McDonald’s, matin, midi et soir, prenant chaque fois qu’on le lui proposait l’option « menu géant ». Et il a failli y laisser la vie, prenant 11 kg et sombrant dans une dépression presque suicidaire. Une manière extraordinaire de montrer comment la junk food  ordinaire met à mal notre corps…

Image de prévisualisation YouTube

« 120 battements par minute »

Lundi 11 septembre 2017

L’épidémie de SIDA a fait près de 40 millions de morts et continue d’en faire chaque année, essentiellement en Afrique. Dans les pays occidentaux, le SIDA a beaucoup reculé grâce à la prévention des risques et à l’aide de thérapies plus efficaces. Mais pendant les quinze premières années de l’épidémie, les malades avaient une espérance de vie très réduite, compte tenu des atteintes corporelles qu’ils subissaient et qui étaient à l’époque irrémédiables. C’est ce qui a suscité la colère de l’association d’activistes Act-Up, qui a beaucoup fait pour lutter contre l’inertie des pouvoirs publics face aux ravages faits par le SIDA chez les homosexuels mais aussi chez les hémophiles et les utilisateurs de drogues par injection, et c’est ce que raconte le film 120 battements par minute, récemment primé au Festival de Cannes, un film naturellement très sombre malgré quelques passages plus légers (le titre évoque les « bpm » de la musique techno ayant rythmé les débuts d’Act-Up).

Image de prévisualisation YouTube

« Eraserhead »

Vendredi 8 septembre 2017

Eraserhead

Eraserhead est un film d’horreur expérimental tourné en 1977 par le réalisateur américain David Lynch (né en 1946). Le film raconte l’histoire d’Henry Spencer, employé d’une imprimerie dans une ville américaine indéterminée. Sa vie bascule quand son ex-fiancée Mary lui apprend qu’elle a, après leur séparation, accouché d’un enfant dont il serait le père. Le bébé est difforme et la vie déjà très étrange d’Henry bascule dans le chaos, laissant le personnage et le spectateur éberlués. Car ce n’est pas tant le scénario qui intéresse David Lynch que la possibilité de montrer des images vraiment extraordinaires, dans la lignée des expressionnistes allemands ou des surréalistes. On peut voir en ce moment au cinéma une réédition d’excellente qualité de ce film vraiment atypique auquel on ne peut comparer, parmi les films récents, que le très étrange Under the skin (2014) de Jonathan Glazer. Dans l’extrait ci-dessous, Henry decouvre, cachée dans son radiateur, une petite femme difforme qui chante en l’attendant…

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

On peut aussi, concernant le thème du corps aussi bien que celui de l’extraordinaire, regarder le deuxième film de David Lynch, nettement plus abordable qu’Eraserhead mais lui aussi en noir et blanc, Elephant Man, qui date de 1980 :

Image de prévisualisation YouTube

« Tournée »

Jeudi 7 septembre 2017

 

19457486

Réalisé par Matthieu Amalric, Tournée est sorti en 2010. Ce film raconte la tournée d’une troupe de « New Burlesque », troupe constituée de danseuses bien en chair qui assument leur corps atypique et en jouent comme d’un instrument de séduction.

Image de prévisualisation YouTube

« What happens in Vegas stays in Vegas… »

Mercredi 6 septembre 2017

Capitale américaine du jeu (et de la prostitution) implantée en plein désert du Nevada, Las Vegas est un endroit où on peut se marier très rapidement, mais où on peut aussi enterrer sa vie de garçon (et de jeune fille ?) avant de se marier. C’est dans ce cadre que « Tout ce qui se passe à Vegas reste à Vegas ». Parfois, cependant, le caractère orgiaque de la fête prend le dessus comme dans la célèbre comédie Very bad trip (2009) où des trentenaires gentiment débiles perdent complètement le contrôle de la soirée d’adieu à la vie de célibataire organisée pour l’un d’entre eux. Et il n’est dès lors plus possible de garder secret ce qui s’est passé sur place…

Image de prévisualisation YouTube

« Vénus beauté (institut) »

Mardi 5 septembre 2017

Vénus

A voir concernant le thème du corps, la comédie de Tonie Marshall de 1999 intitulée Vénus beauté (institut) qui décrit avec humour la vie quotidienne d’un salon de beauté :

Image de prévisualisation YouTube

« La Mouche »

Mardi 29 août 2017

Le film de David Cronenberg La Mouche est sorti en 1986. Jeff Goldblum y incarne un savant travaillant sur la téléportation qui n’hésite pas à expérimenter sur lui-même son invention. Ayant réussi à se téléporter, le scientifique déborde d’enthousiasme et d’énergie : il semblerait en effet que la téléportation ait agit sur lui comme un véritable stimulant de toutes ses facultés physiques autant qu’intellectuelles. Rapidement, cependant, certains effets secondaires un peu gênants se manifestent…

Image de prévisualisation YouTube

12345...8