La scarification chez les Tabwa

Chez les Tabwa qui vivent à la frontière entre la République démocratique du Congo, la Zambie et la Tanzanie, la scarification jouait le rôle d’une véritable cartographie symbolique, incisée à même la peau des membres de l’ethnie (comme l’explique un panneau du musée du Quai Branly). La photo ci-dessous montre à quel point cette scarification pouvait prendre de l’ampleur…

Tabwa

Photo d’une femme Tabwa (fin du dix-neuvième siècle ?), collection du musée de l’université de l’Iowa.

Ceux qui souhaitent en savoir plus peuvent, dans un premier temps, consulter la page Wikipédia consacrée à la « Modification corporelle », page évoquant notamment le piercing, le tatouage, la déformation des crânes, les différentes formes de chirurgie plastique, l’épilation, l’extension des cheveux, la pose de faux ongles, le marquage au fer rouge, les femmes-girafes, les plateaux insérés dans la lèvre, le percement des oreilles, du nez ou d’autres parties du corps, la division en deux de la pointe de la langue, le limage des dents, la bandage des pieds, la circoncision et l’excision, la castration, l’amputation d’un doigt ou d’un sein et, enfin, la musculation et l’engraissement volontaire.

Les images accompagnant toutes ces transformations plus ou moins volontaires du corps ne sont évidemment pas toujours très agréables à regarder…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Modification_corporelle

Laisser un commentaire