Les « bioméchanoïdes » d’Hansruedi Giger à Nantes

Giger

Giger

Le Lieu unique de Nantes propose, jusqu’au 27 août, une très complète rétrospective (gratuite) de l’oeuvre de l’artiste suisse Hansruedi Giger (1940-2014). Giger est surtout connu pour sa contribution fondamentale à l’esthétique de la série Alien : on lui doit les décors et les costumes qui font une grande partie de l’intérêt de ce film, et il est aussi l’inventeur de la créature monstrueuse, mi-animale, mi- machine qui donne son titre au film. Giger a contribué à de très nombreux films fantastiques et à quelques chefs-d’oeuvres de science-fiction. Il a de ce fait profondément influencé la culture moderne dans ce qu’elle a de plus sombre, qu’il s’agisse de l’imagerie des groupes de hard-rock, de l’esthétique des jeux vidéo et d’un large pan du cinéma d’horreur contemporain. L’exposition montre bien que son travail pour le cinéma s’est fondé sur une oeuvre préexistante faite de peintures et de sculptures toujours très noires, souvent dérangeantes, parfois considérées comme pornographiques et elles-mêmes inspirées des auteurs fantastiques, de la peinture romantique ou des poètes décadents de la fin du dix-neuvième siècle. Mais s’il s’inscrit dans l’histoire de l’art, l’univers de Giger est vraiment singulier : il est l’un des premiers à avoir imaginé la fusion des hommes et des machines dans ce qu’il a appelé des « bioméchanoïdes ».

http://www.lelieuunique.com/evenement/h-r-giger/

Bilal

Bilal

Signalons, parmi les artistes qui se sont probablement inspirés de Giger, le Français Enki Bilal, dont le musée des Arts et métiers avait proposé, il y a quelques années, une exposition intitulée Mécanhumanimal, très proche, quoiqu’un peu moins sombre, de celle de l’esprit de Giger.

Laisser un commentaire