« Le Caire confidentiel »

On peut voir en ce moment au cinéma un très bon polar égyptien intitulé Le Caire confidentiel. Le personnage principal est l’inspecteur Nourredine, quarantenaire désabusé qui s’abrutit à la fin de chaque journée devant sa télé, en buvant des bières et en fumant des joints. Pistonné par son oncle qui est à la tête du commissariat, il a surtout pour tâche d’encaisser les pots-de-vin que les marchands du Caire doivent verser à la police. Aussi, quand il se retrouve chargé d’enquêter sur le meurtre d’une superbe chanteuse, Nourredine lui-même semble peut convaincu de ses chances de réussir à trouver le coupable. Et pourtant il s’acharne, en venant même à se poser des questions sur les méfaits de la corruption généralisée à laquelle il participe quotidiennement. Mais rapidement, à ce premier événement extraordinaire dans sa carrière et dans sa vie que constitue cette enquête s’en ajoute un autre : en effet, on est en 2011 et l’Égypte de Moubarak est en pleine ébullition sociopolitique… L’ensemble se laisse très bien regarder et on en apprend beaucoup sur Le Caire (même si le film a été tourné à Casablanca en raison de la censure).

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire