Corps encombrants au quotidien

Manspreading

Décrit par une géographe spécialisée dans l’occupation de l’espace selon les genres comme une « manifestation quotidienne banalisée de la domination des uns et de l’adaptation des autres », le « manspreading » suscite l’irritation de certaines féministes : cette pratique consiste, dans l’espace public, et notamment dans les transports en commun, à écarter largement les jambes quitte à déborder de son siège sur ceux des voisins. Essentiellement masculin, cet « étalement » a aussi été surnommé le « syndrome des couilles de cristal » : préoccupés de la préservation d’attributs virils survalorisés (les « bijoux de famille » ?), les mâles, par ailleurs désireux de laisser entendre qu’ils sont bien pourvus, n’hésiteraient pas à prendre toute la place qu’ils jugent nécessaire à leur bien-être. Après New York et Madrid, Paris envisage de prendre des mesures de prévention contre ce qui pourrait aussi n’être qu’une manifestation parmi tant d’autres d’un manque élémentaire de savoir-vivre (on peut se sentir également gêné par les conversations à voix haute au téléphone qui n’ont rien de mysogine).

http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/07/06/comment-le-manspreading-est-devenu-un-objet-de-lutte-feministe_5156949_4832693.html

http://transports.blog.lemonde.fr/2014/10/31/campagne-contre-la-violence-masculine-dans-le-metro-parisien/

https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/sexisme-quand-yen-plus-yen-encore

Laisser un commentaire