Archive pour mars 2015

Toulouse, trois ans plus tard

Jeudi 19 mars 2015

L’émission Du Grain à moudre a récemment essayé d’analyser, avec trois ans de recul, les attentats qui s’étaient déroulés en 2012 à Toulouse. La première partie de cet exercice difficile porte notamment sur les questions de mémoire :

http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-3-ans-apres-les-attentats-de-toulouse-quelles-lecons-reste-t-il-a-tirer-2

Anthologie des utopies

Mercredi 18 mars 2015

Le magazine Le Point-Références vient de sortir un numéro consacré aux utopies. On peut y lire, accompagnés de quelques réflexions d’ensemble, une anthologie de textes classés par ordre chronologique, de l’Atlantide de Platon aux transhumanistes californiens, en passant par Thomas More, le socialisme utopique du dix-neuvième siècle, Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley et bien sûr 1984 de George Orwell.

Anthologie des utopies  dans Ancien thème (2014-2015) :

Nostalgie du design industriel

Jeudi 12 mars 2015

La décoration industrielle est une des grandes tendances de ces dernières années (cf. le journal télévisé de France 2 du 12 mars 2015). On sait que les architectes ont l’habitude, surtout dans les pays anglo-saxons, de transformer d’anciennes usines en lofts de luxe. De plus en plus de décorateurs font de même, récupérant des meubles et des objets industriels pour les restaurer et les revendre à des amateurs souvent nostalgiques.

Nostalgie du design industriel  dans Ancien thème (2015-2016) :

L’enseignement de l’histoire en France

Mercredi 11 mars 2015

A écouter pour se familiariser avec les problématiques de l’enseignement de l’histoire en France, une émission récemment consacrée à ce sujet sur France Culture. Il y est notamment question des sujets qui suscitent parfois des polémiques : l’enseignement de l’esclavage, de la Shoah, de l’histoire de l’immigration…

http://www.franceculture.fr/emission-repliques-quelle-histoire-pour-la-france-2015-02-28

« Je me souviens » en chansons

Vendredi 6 mars 2015

En 1960, à l’aube d’une interminable carrière, Johnny Halliday se penchait avec nostalgie sur ses souvenirs, malgré ses 17 ans : 

Image de prévisualisation YouTube

4 ans plus tard, son contemporain Claude François chantait J’y pense et puis j’oublie

Image de prévisualisation YouTube

En 1966, Jacques Dutronc chantait quant à lui Et moi, et moi, et moi, hymne ironique à l’égoïsme dont le refrain est justement « J’y pense et puis j’oublie » :

Image de prévisualisation YouTube

A la même époque, la nostalgie inspirait aussi les chanteurs anglo-saxons. Les Beatles se rappelaient par exemple leur jeunesse pas si lointaine dans Penny Lane et Strawberry Fields Forever (tous deux de 1967)

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

On peut aussi signaler, du côté anglo-saxon, As time goes by (1931) qui sert de musique au film Casablanca (1942) :

Image de prévisualisation YouTube

Et enfin, la chanson Emily Kane (2005) du groupe britannique Art brut qui évoque le souvenir persistant d’un amour de collège :

Image de prévisualisation YouTube

 

Oubli volontaire et mémoire douloureuse d’un crime de guerre

Mercredi 4 mars 2015

A voir en replay jusq’au lundi 9 mars, un documentaire historique diffusé par France 3 sur le procès des crimes de guerre commis par la division SS Das Reich à Ordaour-sur-Glane, près de Limoges, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Il est beaucoup question, dans ce film, de mémoire, d’oubli et même d’amnésie volontaire pour faire face aux traumatismes du passé :

Image de prévisualisation YouTube

Oubli volontaire et mémoire douloureuse d'un crime de guerre  dans Ancien thème (2016-2017) :

A noter qu’on peut voir dans ce film des images actuelles du village martyr d’Oradour, dont la plupart des habitants ont été tués pendant le massacre (642 morts pour seulement 6 survivants). Ces images montrent un village quasiment fossilisé dans son état de 1944.

Hommes-objets

Mercredi 4 mars 2015

On peut en voir en ce moment, dans les rues, des affiches publicitaires pour le site adopteunmec.com. Le logo de la campagne montre une femme faisant des courses et mettant un homme dans son caddie… Quant au site Internet, il propose des rabais sur les frisés ou les moustachus, à la façon des soldes.  Le juste retour de décennies de machisme publicitaire instrumentalisant les femmes ?

Ci-dessous, un article du Nouvel Observateur sur ce sujet :

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/761181-adopteunmec-com-ou-le-feminisme-instrumentalise-de-la-femme-objet-a-l-homme-objet.html

Hommes-objets  dans Ancien thème (2015-2016) :

0351358328704 dans Publicités

12