Archive pour mars 2015

Jeff Koons au Centre Pompidou

Dimanche 29 mars 2015

Le Centre Pompidou présente jusqu’au 27 avril 2015, une rétrospective de l’œuvre de Jeff Koons. Les œuvres de cet artiste américain né en 1955 battent régulièrement le record des œuvres d’art les plus chères pour un artiste contemporain vivant. Elles suscitent aussi très souvent des polémiques : Koons est considéré par certains comme un génie, par d’autres comme un habile manipulateur surtout doué pour le marketing ; beaucoup pensent même qu’il s’agit d’un imposteur égocentrique tout juste capable de produire des versions kitsch des ready made de Duchamp et du Pop art de Warhol. On l’accuse par ailleurs de faire fabriquer ses œuvres par ses assistants et de se livrer à la pornographie (une des salles de la rétrospective est à juste titre interdite aux mineurs et déconseillée à un public non averti). La rétrospective donne l’impression que Koons est un artiste habile à créer des images captant l’air du temps mais qui n’a personnellement rigoureusement rien à dire sur le monde actuel, notamment depuis la fin des années 1980 : il se contente en effet, surtout ces vingt dernières années, de recycler sa propre œuvre, en la confrontant parfois, de manière peu convaincante à celle de grands peintres comme Manet ou à des chefs-d’œuvres de la sculpture antique. Mais, dans la première partie de sa carrière, Koons s’est montré très inventif, se penchant sur les aspects matériels du rêve américain à travers certains objets emblématiques (par exemple les aspirateurs Hoover). A défaut d’être passionnant, l’ensemble s’avère délibérément divertissant et peut être utile pour aborder la place des objets dans l’art aussi bien que pour découvrir une manière originale de jouer avec l’american dream (en particulier par le biais des publicités détournées par Koons pendant les années 1980).

https://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_R-e512d91cbb73116208e81d4584b326&param.idSource=FR_E-a0b723e271d537f2457bc404b26d2c6 

Cf. ci-dessous une visite en images :

http://www.telerama.fr/scenes/visite-guidee-koons-la-retrospective-au-centre-pompidou-vue-par-olivier-cena,119826.php

Jeff Koons au Centre Pompidou dans Ancien thème (2014-2015) : Jeff Koons, Balloon Dog Magenta, 1994-2000

Ces téléphones qui nous envahissent

Dimanche 29 mars 2015

L’émission de géopolitique Le Dessous des cartes a consacré son dernier numéro, le 28 mars, aux téléphones mobiles. On en apprend beaucoup, en douze minutes seulement, sur la production et la diffusion d’un objet devenu indispensable, y compris dans les pays en voie de développement. Cette émission est à voir en replay sur le site d’Art jusqu’au 4 avril :

http://ddc.arte.tv/

Mémoire du génocide des Juifs

Samedi 28 mars 2015

Ivan Jablonka est historien. Il s’est récemment penché sur l’histoire de ses grands-parents qui ont subi les persécutions antisémites pendant la Deuxième Guerre mondiale. Dans une interview récemment donnée à Télérama, il s’interroge sur la transmission d’une histoire qui concerne désormais quatre générations.

http://www.telerama.fr/idees/ivan-jablonka-on-pretend-parfois-que-tout-a-ete-dit-sur-la-shoah-bien-au-contraire,124538.php#xtor=EPR-126-newsletter_tra-20150325

Mémoire du génocide des Juifs  dans Thème 1 (2016-2017) :

Correction du Bulletin officiel

Samedi 28 mars 2015

Le ministère a annoncé officiellement dans le Bulletin officiel du 23 mars 2015 que les deux thèmes au programme de la session 2016 seront « Ces objets qui nous envahissent » et « Je me souviens ». Sèchement administratif, le document ne contient aucune explication ni aucune excuse pour tous les élèves et les enseignants qui ont perdu du temps à essayer de comprendre un texte fautif et qui ont pensé qu’ils avaient apparemment travaillé pour rien sur le thème des objets. Signalons que cette correction très tardive ne va probablement pas régler tous les problèmes : le programme publié en février 2015 est abrogé par celui de mars, mais il est toujours disponible en ligne…

Ci-dessous, le programme définitif (on espère…) :

http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=86770

« Still Alice »

Jeudi 26 mars 2015

On peut voir au cinéma, depuis le 18 mars 2015, le film Still Alice qui a permis à Julianne Moore d’obtenir l’oscar de la meilleure actrice. Ce film est consacré à un sujet difficile : l’Alzheimer précoce, maladie héréditaire rare qui peut frapper des gens relativement jeunes détruisant inexorablement leur mémoire à brève échéance. Malgré le thème, on n’a pas affaire à un simple dossier sociologique illustré. Les personnages sont vraiment incarnés et les acteurs (Kristen Stewart et Alec Baldwin notamment) ont la sagesse de ne pas trop en faire. Ce film constitue donc un bon moyen d’aborder le nouveau thème au programme du BTS pour les années 2016 et 2017.

Image de prévisualisation YouTube

« Intelligence du design »

Samedi 21 mars 2015

Une demie-heure d’émission sur le design, émission qui se perd un peu dans les concepts mais mérite quand même l’écoute :

http://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-intelligence-du-design-2015-03-07

La nostalgie en chansons

Samedi 21 mars 2015

Quelques chansons marquées par la nostalgie, en vrac :

Les Jolies colonies de vacances de Pierre Perret, de 1966, sympathique rengaine sur le bon temps des colonies, à rapprocher du succès récent de films rétro comme Les Choristes ou Le Petit Nicolas et par ailleurs relativement facile à citer le jour du BTS car probablement connue de tous les correcteurs (une des radios diffusant ce type de chansons s’appelle d’ailleurs Nostalgie) :

Image de prévisualisation YouTube

Porque te vas est une chanson espagnole de 1975 chantée par une certaine Jeannette et composée pour un film assez sombre de Carlos Saura, Cria cuervos, dans lequel une petite fille se réfugie dans ses rêves et ses souvenirs pour fuir l’ambiance pesante de sa famille au crépuscule du franquisme :

Image de prévisualisation YouTube

Quelques années plus tard, dans l’Angleterre morose de Margaret Tatcher, paraît It’s a fine day (1983), une courte chanson a cappella teintée de nostalgie :

Image de prévisualisation YouTube

En 1990, les britanniques de The Cure donnent aussi dans la nostalgie avec Pictures of you, évoquant l’image d’un amour perdu persistant à travers des photos :

Image de prévisualisation YouTube

Avec le groupe britannique Pulp, c’est la nostalgie de la première fois qu’illustre Do you remeber the first time (1994) :

Image de prévisualisation YouTube

L’Américaine Chain Marshall de Cat Power passe en revue ses anciens camarades de classe perdus de vue, devenus de simples noms, dans Names (2003), comme dans une version très triste du phénomène Copains d’avant  :

Image de prévisualisation YouTube

I go to sleep est une chanson des Kinks (1965) popularisée par les Pretenders (dans une version de 1981) et ici reprise en 2010 par une chanteuse allemande appelée Anika :

Image de prévisualisation YouTube

Et, plus récemment, une chanson intitulée Can’t remember to forget you (2014) qui n’est pas tant une réflexion sur la nostalgie, l’oubli et la mémoire… qu’une « rencontre au sommet » entre Shakira et Rihanna :

Image de prévisualisation YouTube

Que retenir de tout cela : 1) qu’il semble très difficile de citer des chansons dans l’épreuve d’écriture personnelle du BTS, car les goûts musicaux sont loin d’être universels et moins consensuels, probablement, qu’en matière de littérature ou de cinéma ; 2) que la nostalgie est, pour les musiciens plus encore peut-être que pour les autres artistes, une inépuisable source d’inspiration ce qui, en soi, peut par contre être cité comme un fait marquant si le sujet s’y prête.

Thèmes du BTS pour la session 2016

Samedi 21 mars 2015

On est désormais officieusement au courant qu’il y a eu une grossière erreur dans le Bulletin officiel concernant les thèmes au programme du BTS pour la session 2016. Les deux thèmes seront bien « Je me souviens » et « Ces objets qui nous envahissent » et non, comme on peut le lire sur le site Internet du ministère, « Je me souviens » et « Cette part de rêve… ». Comment-est il possible qu’une note de service fautive du 28 janvier 2015, publiée le 19 février 2015 (sans relecture préalable apparemment) puisse encore être visible en ligne le 21 mars 2015 ? Le maintien de cette erreur risque de causer de nombreuses méprises, chez les candidats libres, chez les redoublants, chez les lycéens qui se destinent à entrer en BTS à la rentrée de septembre 2015 et qui voudraient se renseigner sur leur futur programme de culture générale, enfin chez les enseignants néophytes qui vont faire leurs débuts à la rentrée 2015 et qui risquent d’avoir les plus grandes difficultés à s’y retrouver…

Harun Farocki

Jeudi 19 mars 2015

On peut voir à Bordeaux, au CAPC (musée d’art contemporain), un film du cinéaste allemand Harun Farocki (1944-2014). Ce documentaire d’une heure, tournée en Inde, au Burkina Faso, en France et en Allemagne, est entièrement consacré à la production et à l’utilisation des briques. Bien que muet, ce film s’avère passionnant, notamment pour aborder la première problématique du thème des objets (matérialité/production).

Ci-dessous, la bande annonce :

Image de prévisualisation YouTube

Le film visible sur Youtube :

Image de prévisualisation YouTube

Signalons que le film projeté au CAPC est encore plus intéressant car il montre en parallèle les techniques de production archaïques utilisées en Inde et l’extrême efficacité des usines occidentales.

http://www.capc-bordeaux.fr/programme/harun-farocki

Ce qui sert ne s’oublie pas…

Jeudi 19 mars 2015

A voir au musée d’art contemporain de Bordeaux jusqu’au 3 mai 2015, une exposition exigeante, intitulée Ce qui sert ne s’oublie pas. Il y est question du rôle des objets dans la transmission de la mémoire :

http://www.capc-bordeaux.fr/programme/ce-qui-ne-sert-pas-soublie

A noter que le site Internet du musée propose un dossier pédagogique de 12 pages sur le sujet.

Ce qui sert ne s'oublie pas... dans Ancien thème (2015-2016) :

Objets du musée d’ethnographie de l’université de Bordeaux

12