« Her »

Après participation à une séance en avant-première, on peut confirmer tout l’intérêt pour les élèves de BTS du dernier film de Spike Jonze qui sortira sur les écrans le 19 mars.  Il s’agit en effet d’une des meilleurs comédies dramatiques du début de l’année et, en même temps, d’une méditation très subtile sur la place des nouvelles technologies dans nos vies et sur le vide existentiel qu’elles parviennent parfois à combler chez certains.

Dans ce film qui se déroule dans un futur proche, à Los Angeles, les écrans et outils numériques sont très présents. Si présents que les gens n’ont plus le temps de s’écrire des lettres et recourent, pour se témoigner de l’affection, aux services d’écrivains professionnels. Le personnage de Theodore Twombly, incarné par Joaquin Phoenix, est réputé pour la qualité des lettres qu’il écrit dans ce cadre, mais il n’a plu le cœur à ce qu’il fait depuis qu’il s’est séparé  de sa femme, Catherine. Une application intelligente à la voix langoureuse, prénommée Samantha, lui redonne le moral mais tend à occuper, dans sa vie, une place de plus en plus envahissante…

S. Jonze aborde dans ce film les relations psychologiques entre l’homme et la machine intelligente en quête de sentiments, ce qui est un sujet classique de la science-fiction depuis, I. Asimov et Philip K. Dick. Mais il le fait de manière moins théorique et beaucoup plus sensible que Stanley Kubrick dans 2001, l’Odyssée de l’espace. La photo est très belle, les dialogues sont parfois très drôles et souvent touchants, Joaquin Phoenix est très convaincant ainsi que Scarlett Johansson dont on n’entend que la voix puisque elle joue le rôle de l’application…

Laisser un commentaire