• Accueil
  • > Archives pour juillet 2012

Archive pour juillet 2012

« Les écrans rendent-ils idiots ? »

Jeudi 19 juillet 2012

Le numéro de Sciences humaines de juillet 2012 consacre un dossier aux répercussions des nouvelles technologies sur le développement intellectuel des jeunes.

L’introduction de ce dossier de six pages est consultable en ligne :

http://www.scienceshumaines.com/les-ecrans-rendent-ils-idiots_fr_29079.html

 

L’ensemble complète bien l’émission de radio sur les usages pédagogiques des nouvelles technologies récemment recommandée ici-même :

http://btscfmbtp.unblog.fr/2012/06/13/les-ecrans-outils-dapprentissage-ou-obstacles-a-toute-forme-de-pedagogie/

 

Le sport à l’école

Jeudi 19 juillet 2012

Dans les écoles de certains pays, les après-midi sont essentiellement consacrés au sport. Ce système n’a jamais pu être introduit en France, mais de nombreux projets expérimentaux sont menés dans ce domaine. C’est ce qu’explique une brève publiée dans le numéro de juillet 2012 de Sciences humaines.

http://www.scienceshumaines.com/l-apres-midi-c-est-sport_fr_29066.html

« Répliques » sur le sport et le numérique

Mercredi 18 juillet 2012

Le philosophe Alain Finkielkraut a récemment consacré deux émissions de Répliques à des thèmes intéressants pour les étudiants de BTS.

La première concerne « L’empire du sport » dans le monde d’aujourd’hui : http://www.franceculture.fr/emission-repliques-l-empire-du-sport-2012-07-07.

La seconde évoque les bouleversement du numérique dans l’éducation et l’édition : http://www.franceculture.fr/emission-repliques-le-livre-son-passe-son-avenir-2012-07-14.

Philippe Delerm, « Quelque chose en lui de Bartleby », Paris, Folio, 2009, 162 p.

Lundi 16 juillet 2012

L’auteur 

Né en 1950, Philippe Delerm est notamment connu pour La Première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules (1997). Son recueil intitulé La Tranchée d’Arenberg et autres voluptés sportives (2007) est au programme du thème « Le sport, miroir de la société ? » (http://btscfmbtp.unblog.fr/2011/07/22/philippe-delerm-la-tranchee-darenberg-et-autres-voluptes-sportives-paris-folio-2007-140-p/).

 

L’œuvre 

Quelque chose en lui de Bartleby raconte l’histoire d’Arnold Spitzweg. Arnold est un Alsacien d’origine, installé à Paris, où il travaille à la Poste. Arnold est très inspiré par Bartleby, le héros d’une nouvelle éponyme d’Hermann Melville de 1853, personnage qui est plutôt un antihéros puisque son mot d’ordre est « je préférerais ne pas ». Comme Bartleby, Arnold s’implique peu dans sa propre vie. Célibataire, apparemment indifférent à son métier, il aime cependant écrire. C’est ce qui le conduit à fonder, sous le titre « antiaction », un blog littéraire dans lequel il prône un art de vivre en appréciant lentement les petits plaisirs de la vie ordinaire. Le succès de ce blog oblige Arnold à modifier ses petites habitudes…

 

Le rapport avec le programme de BTS

Le personnage principal de Philippe Delerm est délibérément banal, jusque dans son engouement pour les nouvelles technologies. Le livre est bref et se lit rapidement, d’autant plus que les remarques de l’auteur sur notre mode de vie contemporain sont le plus souvent pertinentes. Le blog ne joue cependant qu’un rôle secondaire dans ce livre et ne fait pas l’objet d’une analyse aussi poussée que dans le court roman de Didier Daeninckx Camarades de classe (http://btscfmbtp.unblog.fr/2012/06/20/didier-daeninckx-camarades-de-classe-paris-gallimard-2008/). L’ensemble est écrit dans une langue très abordable, mais les références culturelles sont celles d’un quinquagénaire plutôt que de quelqu’un en âge de passer le BTS.

 

Un extrait :

 » ‘Envoyez-moi donc un e-mail, Spitzweg !’ fut durant de longs mois une des flèches préférées de Dumontier, voire du receveur Lachaume. Dans le contexte d’un bureau de La Poste, on imagine quelles discussions purent ainsi être engendrées. En défendant ce qu’il fallait bien désormais appeler le courrier papier, Arnold trouvait des accents flamboyants pour stigmatiser la déshumanisation, la disparition de la poésie dans l’échange, le triomphe du virtuel sur le tactile. Puis il capitula. Oh, les justifications ne manquèrent pas ! On faisait maintenant des portable si discrets, si légers. Bon gré mal gré, on ne pouvait échapper à son époque. Monsieur Spitzweg se garda bien dans un premier temps d’évoquer sa seule motivation réelle. Elle portait l’étrange nom de blog. La première fois qu’il entendit ce mot, Arnold haussa les épaules. Cela sonnait comme une espèce de borborygme scandinave, moitié blizzard et moitié grog. Il eut bientôt l’occasion d’écouter des commentaires consacrés à ce nouveau mode d’expression » (p. 30-31).

 

Utilité : 10/20

Lisibilité :  10/20

 

Nicolas Padiou

 Philippe Delerm,

 

Football et géopolitique

Samedi 14 juillet 2012

Pascal Boniface est un spécialiste des relations internationales et un passionné de football. Il est l’un des premiers à s’être intéressé à la géopolitique du football. Il livre une partie de ses réflexions très intéressantes dans une interview accordée en 2006 à la revue Sciences humaines et actuellement consultable en ligne :

http://www.scienceshumaines.com/index.php?lg=fr&id_dossier_web=78&id_article=14616

Football et musique

Vendredi 13 juillet 2012

La vidéo d’une chanson d’un groupe (canadien ?) intitulée Toronto et qui nous montre des footballeurs se convertissant à la danse pour plaire à des ballerines… Difficile à caser dans une copie de BTS, mais il n’est pas interdit de souffler un peu pendant les vacances en cessant quelques de temps de se cultiver « utile » :

Image de prévisualisation YouTube

Oscar Pistorius, un athlète hors du commun

Vendredi 13 juillet 2012

L’émission Du Grain à moudre du 12 juillet 2012 était consacrée à Oscar Pistorius, coureur sud-africain de 400 m amputé des deux jambes qui veut participer aux compétitions des valides :

http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-sport-de-haut-niveau-ou-finit-le-corps-ou-commence-la-machine-2012-07-12

Oscar Pistorius, un athlète hors du commun dans Ancien thème (2012-2013) :

Un Grand stade pour le rugby

Mardi 10 juillet 2012

Depuis quinze ans, les concessionnaires du Stade de France demandent beaucoup d’argent à la Fédération française de rugby pour l’organisation, chaque année, d’une dizaine de matchs importants. Lasse de s’acquitter de telles sommes, la FFR, a décidé de se doter de son propre grand stade de 82.000 places. C’est Ris-Orangis qui accueillera l’équipement. Les 600 millions d’euros du coût de la construction seront en partie couverts par un sponsor qui donnera son nom au stade (comme l’Allianz Arena pour le football à Munich). Gros sous, marketing, bisbilles entre fédérations et aménagement du territoire… tous les ingrédients du sport de masse moderne :

http://dev2.batiactu.com/cap_publish/inc/arch_news/newsletter-2012-07-02-3085.html

Un Grand stade pour le rugby dans Ancien thème (2012-2013) :

Cultures numériques à la Gaîté lyrique

Lundi 9 juillet 2012

Cultures numériques à la Gaîté lyrique  dans Ancien thème (2013-2014) :

La Gaîté lyrique est un lieu entièrement consacré aux cultures numériques et aux musiques actuelles. Le site Internet de l’institution est, naturellement, très bien organisé. On y trouve une foule d’informations sur l’importance du numérique dans tous les domaines de la culture contemporaine. Cet été, la Gaîté lyrique se penche sur le jeu en adoptant une démarche résolument ludique :

http://www.gaite-lyrique.net/

« Cultures du numérique »

Samedi 7 juillet 2012

Les sciences humaines n’en finissent pas de se pencher sur les conséquences de la révolution Internet. Le numéro du premier semestre 2011 de la revue de sociologie Communications était consacré aux « cultures du numériques ». D’après l’introduction d’Antonio A Casilli : « Les réseaux numériques, l’informatique ubiquitaire et la prolifération des bases de données affectent nos modalités de coexistence. Les usages technologiques actuels influencent non seulement les transformations des pratiques communicationnelles et productives, mais également l’émergence de nouvelles définitions de soi, de nouvelles occasions d’interaction sociale, de phénomènes politiques inédits ». L’intégralité du texte est disponible à l’adresse suivante :

http://www.iiac.cnrs/CentreEdgarMorin/sites/CentreEdgarMorin/IMGpdf/CultureDuNume-rique_intro.pdf

123