Didier Daeninckx, « Camarades de classe », Paris, Gallimard, 2008, 178 p.

L’auteur

Didier Daeninckx est un écrivain français né en 1949. Il est surtout connu comme auteur de polar.

 

L’œuvre

La narratrice de Camarades de classe s’appelle Dominique. Elle est mariée à François. Tous deux ont bientôt soixante ans. Alors que Dominique est encore très active, François déprime en raison des menaces qui pèsent sur son emploi dans un laboratoire pharmaceutique. François est contacté par un ancien camarade de collège, qu’il a perdu de vue depuis des dizaines d’années mais qui lui demande de devenir le parrain de son fils. Dominique voit dans ce message une occasion de redonner goût à la vie à son compagnon. En s’intéressant à l’adolescence de François à Aubervilliers, elle tombe sur un forum en ligne où les anciens camarades de classes de son mari évoquent une sortie scolaire à Reims qui les a tous beaucoup marqués…

 

Le rapport avec le programme de BTS

Le livre de Didier Daeninckx est très facile à lire. non seulement parce qu’il est court, mais aussi parce qu’il est très bien construit et rédigé dans un style tout à fait abordable. Mais ce n’est pas un roman sur les nouvelles technologies numériques. Il y est bien question d’Internet mais surtout à travers d’un site proche de « copains d’avant ». Les références culturelles ne sont pas celles de la génération Y mais plutôt celles de cinquantenaires nostalgiques de leur adolescence au début des années 1960 : on évoque la guerre d’Algérie, le Front populaire ou la guerre d’Espagne très présents dans la mémoire d’Aubervilliers mais aussi des revues comme Salut les copains… On peut recommander la lecture de ce livre à tous les étudiants qui souhaitent améliorer leur style et à tous ceux qui s’intéressent aux problèmes de communication au sein du couple, ce qui relève aussi, d’une certaine manière, du nouveau thème au programme du BTS. Mais ce n’est sûrement pas le roman indispensable à la compréhension des bouleversements apportés dans la communication par les technologies numériques.

 

Un extrait

« Le message ne m’était pas adressé, mais cette fois encore je n’ai pas su résister à l’envie d’en prendre connaissance. François s’était levé, un quart d’heure plus tôt, pour aller boire de l’eau au robinet de la salle de bain, avant de venir se rendormir. Sa semaine avait été rude avec l’annonce du plan social. Il avait longtemps cru que son nom figurerait sur la liste, et, si on l’avait épargné cette fois, il demeurait convaincu que ce n’était là qu’un répit ».

 

Lisibilité : 15/20

Utilité : 10/20

 

Nicolas Padiou

Didier Daeninckx,

Laisser un commentaire