Nouveau thème BTS 2013

Le nouveau thème de culture générale a été publié dans le Bulletin officiel du 9 février 2011 :

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid20536/bulletin-officiel.html?cid_bo=59059&cbo=1

Il est intitulé « Paroles, échanges, conversations, et révolution numérique ». La virgule avant le « et » est probablement une coquille… qui traduit involontairement l’ambigüité du sujet : la problématique est entièrement tournée vers les nouvelles technologies alors que la bibliographie comporte des œuvres classiques naturellement dépourvues de références à Internet (quant à la rubrique « mots-clés » elle est pratiquement, comme d’habitude, dépourvue d’intérêt). Pour la troisième année consécutive (après le rire et le sport), le sujet paraît cependant abordable…

4 Réponses à “Nouveau thème BTS 2013”

  1. moutier dit :

    En fait le problème est que certains auteurs ont été oubliés Laclos!! Sevigné !! car l’intutilé est clair echanges (épistolaire!!) paroles conversation !! je ne vois pas du tout la problèmatique limité à internet
    C’est au contraire un thème trés difficile pour certains BTS (en alternance par ex qui n’ont aucune référence littéraire ni en naratologie ni en typologie textuelle!) par contre c’est un thème trés ouvert ! plus intéressant que le sport !!

    • btscfmbtp dit :

      Si l’éventuel sujet d’examen est correctement conçu, les étudiants pourront s’en tirer sans qu’on ait besoin de les initier au structuralisme en littérature (ce qui est impossible, probablement peu pertinent et ce dont je serais de toute façon incapable). Le thème me paraît aussi abordable et aussi intéressant que les deux précédents, mais le Bulletin officiel semble quand même ambigu : la bibliographie recycle quelques titres des années précédentes (Ridicule, L’Esquive et pour une fois pas les Mythologies de Barthes) mais tend globalement vers un équilibre entre classiques de la littérature et livres plus récents concernant Internet, alors que la problématique insiste surtout sur le numérique (« blogs », « réseaux sociaux », « Internet », « NTIC », etc. reviennent sans cesse, dans chacune des pistes de réflexion). J’ai peur qu’on se retrouve confronté à un sujet écartelé entre un extrait d’oeuvre « du patrimoine » (madame de Sévigné que vous citez) et des textes argumentatifs purement axés sur les nouvelles technologies de la communication. Le lien n’est pas impossible à faire, mais la grande question est de savoir quelle place accorder, dans nos cours, aux oeuvres classiques par rapport aux approches sociologiques d’Internet… Les anthologies de textes publiés par Folio, Hatier et Garnier nous donneront peut-être quelques pistes à partir d’août ou septembre prochain. Je ne vois en tous cas aucune justification à la formulation bizarre du sujet (pourquoi une virgule avant « et la révolution numérique » ?).

      • sevran dit :

        je suis d’accord avec vous moi de toute façon je vais intégrer les auteurs de rabelais à ionesco en passant par sevigne et proust !dans toutes les synthèses !
        Par contre je ne vois pas du tout pourquoi vous parlez de stucturalisme qui est un courant des années 60 !! qui ne concerne en rien les élèves ! D’ailleurs ces courants hermétiques n’ont d’intérêt que pour ceux qui les pratique (vous avez aussi la psychocritique!! phénoménologique … inutile d’employer des mots qui n’ont aucun lien avec notre propos non !!)

  2. moutier dit :

    oui vous avez raison moi j’ai commencé avec shakespeare puisque je suis dans le baroque en culture j’ai parlé de laclos ! non franchement je trouve le sujet exhaustif et super intéressant ! enfin les étudiants vont pouvoir parcourir la littérature de rabelais à ionesco via proust ! genail ! internet ne sera pas oublier ! il y a tant à dire sur cette nouvelle forme épistolaire dangereuse et pernicieuse par moment ! moi même j’en ai fait les frais
    à plus

    merci pour cette réponse

Laisser un commentaire