Haruki Murakami, « Autoportrait de l’auteur en coureur de fond », Paris, 10-18, 2009 [2007], 221 p.

L’auteur :

Haruki Murakami est un écrivain japonais, né en 1949.

 

L’œuvre :

Comme John Irving (dont il traduit les œuvres en japonais), Murakami est un adepte des récits autobiographiques. Cet Autoportrait de l’auteur en coureur de fond, constitue, pour la course à pied, l’équivalent du livre d’Irving sur la lutte (http://btscfmbtp.unblog.fr/2011/09/18/john-irving-la-petite-amie-imaginaire-paris-points-seuil-1996-175-p/). L’auteur explique qu’il a mené une vie dissolue jusqu’à l’âge de 30 ans (fumant jusqu’à trois paquets de cigarettes par nuit) avant de se lancer corps et âme dans la course de fond. Entre 1979 et 2006, il a ainsi couru 33 marathons au Japon et aux États-Unis, de nombreux triathlons et un « ultra-marathon » (100 km de course).

 

Le rapport avec le programme de BTS :

Le livre de Murakami est écrit dans un style très abordable et se lit donc assez facilement (on peut en achever la lecture en quelques heures).  C’est plutôt une rareté parmi les livres recommandés par le Bulletin officiel. Malheureusement, on ne peut pas en tirer grand chose : de la même manière qu’Irving se préoccupait surtout, dans La Petite amie imaginaire, de l’impact de la lutte sur sa vie intime et sa carrière, Murakami s’intéresse essentiellement aux répercutions de sa pratique intensive de la course de fond sur ses romans et sur son humeur. On peut donc lire ce livre à condition de ne pas en attendre la moindre considération d’ordre sociologique sur l’importance du jogging dans le monde actuel.

 

Un extrait:

« Vous est-il arrivé de courir cent kilomètres en un seul jour ? La grande majorité des gens (de ceux qui ont conservé leur santé mentale, devrais-je plutôt dire) n’ont jamais connu ce type d’expérience. Aucun individu normal ne tenterait quelque chose d’aussi insensé. Moi, je l’ai fait une fois. Une fois seulement. J’ai réussi à courir cent kilomètres dans une compétition qui commençait le matin et s’achevait le soir ». (p. 130)

 

Nicolas Padiou

 

Lisibilité : 15/20

Utilité : 5/20

 

Haruki Murakami,

Laisser un commentaire