Grand Corps malade, « Patients » (2012)

22 juin 2017

Le slameur Grand Corps malade a publié en 2012 Patients, récit autobiographique de son passage dans un centre de rééducation après un plongeon dans une piscine trop peu remplie. Le livre retrace précisément les étapes du lent rétablissement de Grand Corps malade après l’accident dramatique qui a failli le laisser « tétra » (pour « tétraplégique »). Agréablement dépourvu de prétention littéraire, Patients constitue un témoignage touchant qui se lit très facilement. A recommander à ceux qui souhaitent savoir comment on peut surmonter un événement extraordinairement négatif. Le livre a été adapté au cinéma en 2017.

Grand corps

Michaël Ferrier, « Fukushima », 2012

16 juin 2017

Michaël Ferrier est né en 1967. Il est spécialisé dans la littérature du Japon et vit à Tokyo. En 2012, il a publié Fukushima. Récit d’un désastre. Dans ce livre, il analyse l’impact du séisme et du tsunami de 2011 sur la société japonaise. Il s’intéresse surtout aux conséquences très lourdes de la catastrophe nucléaire de Fukushima. La première partie du récit est un peu poussive, mais l’ensemble peut s’avérer utile pour le BTS car l’auteur connaît bien le Japon et les Japonais, et il rend très bien compte du choc qu’a constitué la triple catastrophe de 2011. Il insiste notamment sur les secousses sismiques à répétition qui ont frappé le pays pendant des semaines et évoque bien sûr les perspectives à long terme de la pollution nucléaire à Fukushima…

Fukushima

Le quotidien et le corps exposés au Louvre

11 juin 2017

Le Louvre propose en ce moment deux expositions éventuellement intéressantes pour les deux thèmes de culture générale du BTS. L’une, visible jusqu’au 12 juin, concerne le quotidien dans les dessins hollandais du dix-septième siècle. L’autre, qu’on pourra voir jusqu’au 3 juillet, s’intéresse à la représentation du « corps en mouvement ».

http://www.louvre.fr/expositions/dessiner-le-quotidienla-hollande-au-siecle-d-or

http://www.louvre.fr/expositions/corps-en-mouvementla-danse-au-musee

Louvre corps

Le corps sous toutes les coutures à la Maison de la photo

10 juin 2017

On peut voir jusqu’au 18 juin à la Maison européenne de la photographie, à Paris, plusieurs expositions évoquant le corps. L’Australien Shaun Gladwell s’intéresse par exemple aux corps des skateurs qu’il photographie ou filme en pleine action dans des musées d’art moderne ; Martial Cherrier compare les photos de son corps de bodybuilder aux corps de la pop culture et des classiques de l’histoire de l’art ainsi qu’au problème du dopage ; Gloria Friedman se montre « en chair et en os », toute nue et rehaussée de couleurs fluo. Quant aux deux plus grandes expositions, elles peuvent s’avérer très perturbantes : la première est consacrée à Michel Journiac (1935-1995), un des précurseurs du body art (ou « art corporel ») ayant souvent utilisé le mot « corps » pour intituler ses œuvres (Alphabet du corpsMesse pour un corpsEnquête sur un corpsContrat pour un corps, Rituel de corps interdit, Action de corps exclu…) et n’ayant pas hésité à peindre avec son propre sang ; la seconde exposition majeure est une rétrospective d’Orlan (née en 1947), artiste qui, après avoir donné des baisers à des inconnus dans le cadre d’une performance, a fait de son corps une œuvre à part entière à coups d’opérations chirurgicales (on déconseille aux âmes sensibles la vidéo de sa liposuccion…)

https://www.mep-fr.org/programmation/

Gladwell 2015

Shaun Gladwell

Cherrier

Martial Cherrier

Friedman

Gloria Friedman

Journiac

Michel Journiac

Orlan

Orlan

« Mulholland drive »

31 mai 2017

A voir ou à revoir au cinéma, Mulholland drive, le sombre et mystérieux film de l’Américain David Lynch  qui ressort ces jours-ci. Le film date de 2001, avant que l’œuvre de Lynch devienne de plus en plus difficile à appréhender pour le grand public. Ceux qui ne connaissent pas l’univers du réalisateur auront déjà beaucoup à faire avec Mulholland drive qui raconte l’histoire d’une apprentie comédienne tentant de faire carrière à Hollywood et rencontrant à cette occasion des gens étranges, notamment une femme brune avec laquelle sa relation devient rapidement fusionnelle. Le reste est impossible à raconter, mais peut parfaitement illustrer le thème de l’extraordinaire dans ce qu’il a de plus dérangeant. A retenir notamment, le récit d’une histoire terrifiante, récit fait dans le plus banal des cafés de Los Angeles…

Image de prévisualisation YouTube

« Get out »

31 mai 2017

Encore visible dans certains cinémas, le film américain Get out montre comment une situation banale peut basculer dans l’extraordinaire. Le héros du film file le parfait amour avec sa fiancée, mais il est noir et elle est blanche, ce qui peut encore de nos jours susciter des problèmes dans la société américaine. Le personnage principal est donc très prudent quand il se retrouve invité chez ses beaux-parents qui ne savent pas encore qu’il est afro-américain. Il est encore plus anxieux après avoir percuté une biche sur le trajet, ce qui lui vaut d’être interrogé par un policier local un peu raciste. Mais il ne s’attend pas à ce qui va lui arriver, c’est-à-dire le pire…

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19565427&cfilm=241160.html

Get out

Walker Evans au Centre Pompidou

19 mai 2017

On peut voir au Centre Pompidou jusqu’au 14 août 2017 une grande rétrospective de l’oeuvre de Walker Evans (1903-1975). Ce photographe américain s’est toujours intéressé aux sujets les plus prosaïques, photographiant inlassablement les villes et les campagnes américaines, et surtout les Américains les plus modestes, notamment pendant la Grande dépression des années 1930. Et il l’a toujours fait avec beaucoup de compassion et d’humanisme pour les gens qu’il a photographiés, défendant une approche « vernaculaire » de son art.

Evans Allie

Walker Evans, « Allie Mae Burroughs », 1935-1936.

« Alien Covenant »

19 mai 2017

Le dernier film de la série Alien est sorti le 10 mai 2017. Il prend la suite du précédent, Prometheus, et se place donc en fait avant le premier épisode de la série… Le scénario résout une partie des énigmes posées par les précédents Alien, sans apporter cependant toutes les réponses attendues. Le film peut s’avérer intéressant pour le personnage double de robot incarné par Michael Fassbender : comme dans presque tous les épisodes de la saga Alien et comme c’est souvent le cas au cinéma, les robots rêvent d’acquérir une âme, de devenir humains malgré leur corps artificiel. On peut aussi voir le film pour le plaisir de découvrir « l’organisme parfait » que constitue l’extraordinaire créature…

Image de prévisualisation YouTube

« Tunnel »

19 mai 2017

En Corée du Sud, un cadre rentre chez lui en voiture après une dure journée de travail. Il s’apprête à célébrer l’anniversaire de sa fille pour laquelle il a acheté un gâteau d’anniversaire. Mais quand il passe sous un tunnel quelques craquements se font entendre et c’est le début d’une aventure extraordinaire… Un film sorti le 3 mai et encore visible au cinéma :

Image de prévisualisation YouTube

Vermeer au Louvre

17 mai 2017

On peut voir au musée du Louvre, jusqu’au 22 mai, une exposition consacrée au peintre hollandais Vermeer (1632-1675). On peut y admirer d’exceptionnels tableaux, devenus des icônes de l’histoire de l’art ou de la culture populaire. Et pourtant, la virtuosité du peintre est mise au service de scènes apparemment banales, comme dans La Dentellière ou La Laitière, deux tableaux où Vermeer exalte des femmes saisies dans leurs activités quotidiennes :

http://www.louvre.fr/expositions/vermeer-et-les-maitres-de-la-peinture-de-genre

Johannes Vermeer - Het melkmeisje - Google Art Project.jpg

Vermeer, « La Laitière », 1658, 45 x 41 cm, musée royal d’Amsterdam

Johannes Vermeer - The lacemaker (c.1669-1671).jpg

Vermeer, « La Dentellière », vers 1669-1671, 24 x 21 cm, musée du Louvre

12345...83